La Divine Comédie de Dante, oeuvre sujette aux illustrations

Julien Helmlinger - 24.07.2014

Edition - International - Dante Alighieri - Manuscrit - Moyen-Age


La Divine Comédie, poème épique de l'humaniste florentin du Trecento, Dante Alighieri, a su inspirer de nombreux artistes à travers les âges. Si bien que des grands noms comme Gustave Doré, Sandro Botticelli, Alberto Martini ou Salvador Dalí, parmi d'autres encore, l'auront illustrée à leurs façons. À l'abri de la British Library, est conservé un manuscrit enluminé que les conservateurs désignent sous le nom de Yates Thompson 36.

 

 

 

Charon, Dante et Virgile sont sur un bateau... 

 

 

Illustrée par un certain Priamo della Quercia, pour ce qui est du Purgatoire et de l'Enfer, et Giovanni di Paolo en ce qui concerne le Paradis, cette édition aurait été publiée à Sienne aux environs de 1450 pour un commanditaire inconnu et comprend plus d'une centaine de miniatures. Un riche ouvrage qui aurait notamment appartenu à  Alphonse V, roi d'Aragon, de Naples et de Sicile.

 

Les deux illustrateurs, de grands noms de leurs temps, témoignent de styles distincts. Le premier, di Paolo, s'inscrirait dans la veine des artistes siennois de la fin du XIVe siècle. Certains experts le décrivent comme riche en interprétation graphique du poème, retranscrivant les mots de l'auteur, mais aussi leur sens. 

 

La patte artistique de della Quercia, quant à elle, serait davantage représentative de l'art florentin de la fin du siècle suivant, plus réaliste que le courant dans lequel s'inscrit son pair, une influence qui serait notamment reconnaissable à son usage des contours et ses représentations de nus.

 

Pour la British Library, le manuscrit aurait donc probablement coûté très cher à son commanditaire. On peut découvrir un certain nombre d'illustrations sur son site, et un échantillon ci-dessous, avec notamment les armoiries d'Alphonse, mort en 1458, qui pourrait donc bien être le commanditaire ou du moins le bénéficiare du manuscrit  :