medias

La durée de vie des livres mise à mal par l'écrasante nouveauté

Nicolas Gary - 06.12.2019

Edition - International - Italie chiffres édition - 2018 livres Italie - production éditoriale 2019


2019 approche de sa fin, l’Italie comme d’autres territoires fait ses comptes. Dans l’industrie du livre, les données pèsent, alors que le pays fait face à de réelles difficultés : la culture de la lecture est un combat quotidien. Sur l’année passée, 1 famille sur 10 ne disposait pas d’un seul livre chez elle.

Clichy Edizioni
Clichy Edizioni - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

La nouveauté, reine du marché


Avec 75.758 titres publiés, l’édition italienne affiche une croissance de 1,1 % en nombre d’ouvrages — 1,2 % pour les grands groupes, 1,7 % pour les moyennes entreprises et 3,3,% pour les petites. Et le marché s’emballe de plus en plus : 61,7 % de ces livres sont des nouveautés, contre 32,7 % des réimpressions. 

Autrement dit, la course à la nouveauté, face à un fonds de catalogue qui résiste mal, entraine les maisons à poursuivre la hausse de la production. La longévité du livre, dans les points de vente, n'est donc plus assurée, pour laisser place à une importante rotation.

On pourra relativiser en soulignant qu’en 2018, pour la France, 82.313 ouvrages ont été imprimés, avec 67.942 nouveautés et/ou nouvelles éditions (chiffres ministère de la Culture).
 
Pour l’an passé, 1564 éditeurs ont été sollicités : 51,1 % d’entre eux ont publié 10 titres maximum, 33,8 % entre 11 et 50 parutions, et seuls 15,2 % ont fait paraître plus de 50 livres dans l’année. Ces derniers, qualifiés de grands éditeurs, représentent 79,4 % de la production du Bel Paese et près de 90 % des tirages effectués.
 

Des coûts plus importants pour les petits


Autre point significatif, le coût moyen de vente est passé de 19,65 € à 20,04 €. Ce sont les ouvrages des petits éditeurs qui accusent la plus importante hausse, 24,08 € en moyenne pour les grands formats, soit 2,04 € de plus qu’en 2017. Chez les grands éditeurs, elle reste de 26 centimes d’euros, avec 19,49 € en prix moyen. On comprend que les logiques de mutualisation des dépenses permettent aux grosses structures de bénéficier d’un avantage concurrentiel réel. 

L’offre numérique présente une nette évolution elle aussi : elle passe de 20.000 ebooks en 2016 (soit 35,8 % de l’offre papier) à plus de 30.000 titres en 2018. Les genres les plus prisés restent les ouvrages d’aventures et les polars, à 82,1 %, suivis des textes sur l’informatique, 62,9 %, et les mathématiques, à 61,4 %. 

Les sciences humaines, et plus précisément politique, société et économie représentent 56,1 % des envies des lecteurs. Pour la France, les livres numériques représentent 281.550 références, soit 13 % de mieux qu’en 2017.
 

La bibliothèque, parent pauvre...


Enfin, si la lecture pose toujours question, le nombre de lecteurs reste stable — bien que dans les faits, plusieurs observations s’imposent. En effet, en 2000, seuls 38,6 % de la population avaient lu un ouvrage, tendance qui s’est progressivement revue, jusqu’en 2010, pour atteindre 46,8 %, avant un nouveau recul. 
 
En 2016, le nombre de lecteurs atteignait alors 40,6 %, le chiffre de 2001 — et depuis n’évolue pas des masses. On peut alors envisager qu’un réel travail puisse être mis en place, à travers le réseau des établissements de prêts : seuls 15,3 % des Italiens de 3 ans et plus se sont rendus dans une bibliothèque, soit 8,96 millions (au moins une visite dans l’année). 

L'étude est à consulter et télécharger ci-dessous : 




Commentaires
M’étonne pas
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.