La fermeture de bibliothèques se jouera devant les tribunaux

Clément Solym - 18.07.2011

Edition - Bibliothèques - tribunal - juger - fermeture


Dire que l'audience est historique est encore un bien faible mot. En Grande-Bretagne, les défenseurs des bibliothèques contre les coupures budgétaires qui frappent ont porté l'affaire devant la Haute Cour. Celle-ci examinera la fermeture prévue de six établissements.

Il reviendra ainsi au tribunal de décider si l'avenir des bibliothèques dans le pays a été préparé de façon équitable et surtout, en conformité avec les impératifs juridiques. Plusieurs experts considèrent à ce titre que cette première saisie d'un tribunal pourrait entraîner des cas semblables, un peu partout en Grande-Bretagne.

Mais surtout, le gouvernement de David Cameron qui jusqu'à lors a pris des distances sur ces dossiers, se retrouverait nécessairement pris à parti. Depuis les premières décisions, le gouvernement a en effet toujours estimé que ces décisions relevaient des compétences des autorités locales.

Pour l'auteure Kate Mosse, le revirement est complet. Le gouvernement de Cameron pensait probablement naïvement que la colère du public et des auteurs mobilisés s'atténuerait avec le temps. Mais il n'en est rien. « La colère est simplement exacerbée », assure-t-elle.

C'est que des dizaines, voire possiblement des centaines de plaintes émanant de résident de la ville de Brent, ont été déposées. La fermeture des établissements, les coupures de budget, les restrictions d'horaires sont autant de menaces pour l'ensemble de la communauté. Leur fermeture est un problème pour toute personne qui vit, travaille, ou étudie, autant que pour les familles dont le budget ne permet pas l'achat régulier de livres pour leurs enfants.

Or, parmi les acteurs mobilisés, on ne retrouve pas que des écrivains. Ainsi, Nick Cave, Depeche Mode, les Pet Shop Boys et Goldfrapp comptent parmi les stars qui ont décidé d'apporter leur soutien financier aux frais de procédure de cette affaire.

De son côté, le Department for Culture, Media and Sport assure prendre très au sérieux les nombreux cas de fermetures d'établissements. Sauf que les opposants restent convaincus de ce que le gouvernement a largement sous-estimé l'utilisation faite des bib' et leur importance pour les usagers.

L'écrivain et journaliste Robert Harris conclut avec brio : « Cette situation est révélatrice d'une fameuse citation de GK Chesterton : “Nous sommes le peuple d'Angleterre qui n'a jamais encore eu la parole.” Eh bien les gens sont sur le point de parler, et s'il s'agit d'une minorité, elle s'exprime bien, a des lettres et ne peut être ignorée. »