medias

La filière livre en Italie réclame une “intervention ciblée, impérative”

Nicolas Gary - 21.04.2020

Edition - International - filière livre Italie - librairie éditeurs bibliothéques - soutien économie édition


Le Premier ministre Giuseppe Conte ne cesse de le répéter : son gouvernement a mis la priorité sur la protection de ses citoyens. Mais le jeu d’équilibre entre la santé et la préservation du système économique est délicat. À compter du 4 mai, toute l’Italie devrait repartir : en réalité de nombreuses interrogations demeurent. L’État a des responsabilités, lourdes, et ne compte pas se désister.

Italia - London Book Fair 2015
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

« J’aimerais pouvoir vous dire : rouvrons tout. Immédiatement. Nous y retournons demain. […] Mais une telle décision serait irresponsable. Cela ferait monter la courbe de la propagation de manière incontrôlable et annihilerait tous les efforts que nous avons déployés jusqu’à présent. Tous ensemble. » 
 
Les mots du Premier ministre n’ont rien de rassurant : telle n’est pas leur intention. Devant une Italie qui s’impatiente, les mesures restrictives seront progressivement levées, explique-t-il, sans négliger le besoin, pour les entreprises, de « redémarrer au plus vite ». Dans ce post sur Facebook, il balaye également toute forme de populisme et de démagogie, rappelant les multiples critères qui existent : garantir la distanciation sociale, la surpopulation des heures de pointe, privilégier les moyens de transport alternatifs… Bref, le déconfinement s’amorce, tout aussi lourdement qu’il s’est instauré.

La filière livre, exsangue comme en attestent les données communiquées au fil des semaines, vient de se regrouper : éditeurs, bibliothécaires et libraires voient leurs trois associations majeures faire front commun. Toutes trois sont unanimes devant « la crise la plus grave que le livre ait connue depuis l’après-guerre ». 
 

Crise retentissante pour l'industrie


Dans un appel au gouvernement, l’AIB (Associazione Italiana Biblioteche), l’AIE (Associazione Italiana Editori) et l’ALI (Associazioni Librai Italiani) réclament des interventions immédiates, nécessaires pour soutenir le secteur. Qu’il s’agisse des librairies, des salariés, des auteurs, des traducteurs, « une crise de liquidité traverse toute la chaîne d’approvisionnement ». 
 
Et de poser deux axes : d’abord, un fonds pour les bibliothèques publiques, qui servirait à l’achat massif de livres, tout en apportant un soutien indirect aux librairies. Ensuite, une solution qui se tourne vers les consommateurs – une sorte de Bonus Cultura, qui serait non plus réservé aux jeunes de 18 ans, mais élargi à toute la population. 

Par la suite, des interventions structurelles deviendront nécessaires, pour garantir la reprise, avec une promotion de la lecture qui bénéficie de ressources « enfin à la hauteur ». Ce qui implique de stabiliser la demande au-delà de la situation d’urgence, prévoir des déductions fiscales pour l’achat de livres, renforcer le réseau de bibliothèques du pays — et plus encore, déployer une communication valorisant le livre Italien à l’étranger.

Les trois associations signataires insistent : les librairies ont fermé, nombre d’entre elles le sont encore, et les pertes de mars sont évaluées à 25 millions €. Dans le même temps, les écoles, les universités, « lieux d’échanges culturels par essence », sont également vides. Or, depuis la fin du mois de mars, 64 % des éditeurs ont eu recours au licenciement, ou s’apprêtent à le faire. 

Le tout avec une industrie qui a supprimé 31 % de ses programmes. « Ce sera un coup porté à la culture italienne, à la diversité de la nation et au pluralisme. Pour cette raison, une intervention ciblée en faveur du livre est impérative. »


Commentaires
Toute ma sympathie au peuple italien: patience et courage en attendant des jours meilleurs; ce maudit virus ne sera pas éternel.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.