medias

La filière livre oubliée du plan de soutien gouvernemental, Cura Italia

Nicolas Gary - 09.04.2020

Edition - Economie - Italie filière livre - Cura Italia - plan relance économie


À genoux. La filière livre ne cesse de clamer qu’elle périclite, chaque jour un peu plus, et le gouvernement italien n’entendrait pas ? L’association des éditeurs le répète pourtant, avec plus de force encore : les besoins sont immenses, et la situation devient plus complexe chaque jour.

Saldapress
Le coup de massue qui approche ? ActuaLitté, CC BY SA 2.0


« L’édition italienne, qui n’a jamais reçu d’aides directes, est aujourd’hui acculée. Nous sommes certains que le gouvernement interviendra dans le décret d’avril avec un fonds de soutien. Nous ne pouvons pas nous permettre de vivre dans un monde sans livres », expliquent le président et ses quatre vice-présidents de l’Associazione italiana editori, dans un communiqué.

Dans un précédent message, l’AIE indiquait en effet que 23.200 titres avaient été annulés, soit 49 millions d’exemplaires qui ne seraient pas imprimés. Mais plus grave encore, 64 % des éditeurs ont entamé des procédures de licenciement de leur personnel, quand ils n’étaient que 61 % – déjà énorme – en date du 24 mars.

C’est un appel, quasi désespéré, qui est lancé, et plus particulièrement encore des petits éditeurs. Dans le décret qui vient de sortir, Cura Italia, la chaîne du livre est étrangement voire douloureusement absente. Pourtant, l’interprofession est exsangue, assure Diego Guida, président du groupe des petits éditeurs, et vice-président de l’AIE. 
 

Des milliards débloqués...


Cura Italie, c’est la solution apportée par le pays dans l’urgence que provoque le coronavirus. En l’espace de quelques semaines, plusieurs décrets se sont succédé sur la table du Conseil des ministres. Mi-mai, une enveloppe de 25 premiers milliards € était débloquée, avec 250 autres milliards prévus, tant pour les familles que les entreprises. 

Mais voilà : la filière livre est passée à la trappe du décret diffusé en ce début d’avril, alors que le Parlement vient d’approuver le Cura Italia

L’AIE interpelle donc le gouvernement, souhaitant, non sans ironie, que le prochain décret intègre l’industrie de l’édition dans son périmètre d’action. « Chaque éditeur, grand ou petit, que nous risquons de perdre avec cette crise, représentera une voix de moins dans le débat culturel et démocratique de ce pays. Que le gouvernement se dépêche, ou les dommages à notre culture seront irréparables », conclut l’AIE. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.