La Fille de papier : le dernier Musso envahit les librairies

Clément Solym - 01.04.2010

Edition - Les maisons - La - fille - papier


Guillaume Musso est un peu à la littérature ce que sont un Arthur et autres Lagaff à la télévision : en public, tout le monde les dénigre, en privé, chacun ouvre son livre ou allume son poste pour le lire ou les entendre. Alors, quand le nouveau Guillaume Musso sort en librairie, il faut penser à tous ces manutentionnaireS qui ont dû soulever des kilos et des kilos de La Fille de papier.

Prévoyant un succès toujours aussi important, XO, l’éditeur de Musso, a déjà fait tirer 400 000 exemplaires de ce nouvel opus, pas grand-chose me direz-vous au regard des sept millions de livres écoulés par Musso depuis 2001…mais quand même ! J’en connais pas mal qui rêveraient d’un tel placement !

Alors quelle nouvelle recette à succès nous a concocté Musso pour écrire sa Fille de papier ? Bonne question. Les mauvaises langues diront qu’il a réussi à dégotter une bonne flopée de clichés mis en sauce à l’aide de tonnes de bons sentiments.

Sur les sites de ventes en ligne, on trouve même un court clip de promotion qui ne va pas trop loin dans les images pour ne pas brider l’imagination des lecteurs. Ce sera à chacun de se reconstruire le portrait des personnages.

Pour en savoir un peu plus, on peut aussi lire la présentation faite par l’éditeur :

« Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d’inspiration, voit surgir dans sa vie l’héroïne de ses romans.
Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s’il s’arrête d’écrire.
Impossible ? Et pourtant…
Ensemble, Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire où la réalité et la fiction s’entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel... »


Ou là là…quel beau programme : y’a un peu de tout là-dedans. Si l’on relève, tout d'abord un subtile jeu de miroir : notre célèbre écrivain écrit une histoire…d’écrivain. Ensuite, un peu d’amour avec une jolie femme, ce qui ne gâche vraiment rien. De la tension dramatique aussi avec une méchante menace qui plane « elle va mourir si... ». Une forme de compte à rebours semble lancer…

Mais qu’on se rassure tout de suite, nous allons être plongé dans « une aventure extraordinaire » ! Ceux qui aiment le réel en auront un peu, pour les fans de fiction, y’aura aussi de quoi faire. Bon, allez, je crois qu’après toutes ces remarques constructives, il n’y a pas de raison de ne pas courir aller acheter La Fille de papier, qui comporte 376 pages tout de même.

Redevenons sérieux un instant...Le véritable talent de Musso, si l’on ne le place pas directement dans l’intrigue qu’il construit, c’est d’arriver à amener à la lecture des individus qui, auparavant, ne lisaient pas…et ça, ça n’a pas de prix…Alors merci Guillaume d’ouvrir cette porte à tous les déçus du livre, à tous exclus de la "grande" littérature.