La FILPAC CGT rejoint l'Association de Défense des Métiers du Livre

Antoine Oury - 15.04.2013

Edition - Economie - Aurélie Filippetti - métiers du livre - librairie indépendante


Représentée au travers de quelque 150.000 emplois, la chaîne du livre se sent inquiète. C'est dans ce contexte que l'Association de Défense des Métiers du Livre s'est montée et a dernièrement sollicité toute l'attention du ministère de la Culture et de la communication. 

 

 

 

 

Voilà un mois, rappelle l'ADML, le rapporteur spécial de la commission des Finances de l'Assemblée nationale souhaitait « interpeller Mme La Ministre de la Culture » faisant suite aux différentes alertes dont l'association avait fait part à la Commission de la représentation nationale. En parallèle, l'ADML notait « l'engagement du Rapporteur spécial, Jean-Marie Beffara, et du député Pascal Cherki de présenter à l'assemblée un dispositif législatif complet, basé sur le Plan Livre » que l'association avait proposé

 

Pour l'heure, l'association fait rédiger les textes (amendements, lois et décrets), pour en accélérer l'examen. Et en attendant de pouvoir faire approuver à la ministre les documents, l'ADML vient d'annoncer que la FILPAC CGT « vient d'adhérer officiellement à l'ADML ». L'organisation syndicale  - Fédération des travailleurs des industries du Livre, du Papier et de la Communication - rejoint donc l'association, constatant communément qu'en dépit du régime dérogatoire qu'a introduit en France la Loi Lang, le commerce du livre est affecté par la situation actuelle. 

 

Dans un communiqué, les deux organisations expliquent : 

 

Face aux menaces que constituent « Amazon », les ventes dématérialisées « en ligne » et la « compulsion numérique » des achats publics de bibliothèques qui aboutit à priver de 20 à 30% de leur chiffre d'affaires les librairies indépendantes de proximité au profit des « grandes enseignes » et des entreprises opportunistes, clientélistes et parasitaires, la Filpac CGT et l'ADML ont décidé de se mobiliser ensemble pour l'émergence d'un Plan livre, qui est précisément ce qui fait défaut aux corps constitués et aux Pouvoirs publics.

Voici le compte-rendu de la rencontre des deux organisations : 

 

  CR Rencontre ADML-FILPAC CGT 2 avril 2013.pdf by ActuaLitté

 

 

Le fameux projet de l'ADML présente plusieurs points, comme autant de déclarations d'intention : 

  • concret et soucieux des réalités économiques, face à la vacuité des promesses virtuelles de la prétendue nouvelle économie dématérialisée (et déshumanisée) ;
  • économe des deniers publics dans un contexte budgétaire impécunieux ;
  • profitable au lien social, à l'emploi, à la diversité et à la proximité ;
  • promoteur de la culture populaire décentralisée face au formatage de masse globalisé ;
  • producteur d'activité humaine gratifiante (par la relance de tout le secteur d'activité du livre et ses 150.000 emplois qualifiés) dans une période de destruction massive d'emplois et de délabrement des qualifications (au prétexte d'adaptation aux « nouvelles pratiques » et autres « nouvelles technologies » numériques).

 

Et de revendiquer que des centaines de libraires et d'éditeurs indépendants, notamment au travers de l'association L'autre Livre, lui ont apporté leur soutien, de même que des députés et le rapporteur spécial. Le dispositif réglementaire autant que législatif en cours de rédaction, et s'appuyant sur le Plan Livre de l'ADML, offrirait ainsi aux libraires indépendants - moins de 1000 à cette heure - « non seulement de consolider leur position, mais aussi d'en acquérir de nouvelles  ». 

 

Il ne s'agit dès lors pas de réclamer des subventions, mais simplement d'opérer le « rééquilibrage de la concurrence biaisée au profit des ventes en ligne et du découragement nécessaire des situations de monopole, affectant notamment le marché public des bibliothèques qui, sans incidence budgétaire, peut être redéployé, réorganisé et démocratisé sur la base de la proximité géographique au profit de l'action culturelle et de l'emploi  ». 

 

Les deux organisations assurent également qu'elles joindront leurs efforts « pour s'opposer au nivellement imposé par une convention collective qui remet en cause la formation, l'apprentissage et l'exercice des métiers de la librairie ». La FILPAC CGT et l'ADML souhaitent redéfinir les formations et conventions, tout en « restaurant la qualification et la valeur sociale des métiers de la librairie, de l'édition, de la conception, de la réalisation, de la distribution et de l'impression des livres ».

 

  lettre-beffara-2013-2-20.pdf by ActuaLitté