Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La Fnac des Champs-Élysées en grève à propos du travail dominical

Elodie Pinguet - 29.12.2016

Edition - Société - grève Fnac - travail dominical - Champs-Elysées


Depuis début décembre, les salariés du magasin Fnac situé sur les Champs-Élysées font entendre leur voix. En cause, leur travail dominical, moins payé que les autres Fnac de Paris. En cette période de fêtes, ils sont plus que déterminés à obtenir justice.

 

Photos de la page Facebook Collectif Salariés-Fnac Champs-Elysées

 

 

C’est ce qu’ils qualifient de « discrimination ». En effet sur les Champs-Élysées c’est dans une bataille contre l’injustice salariale que sont engagés les employés de la Fnac. Le magasin est ouvert tous les jours jusqu’à 23 h 45, même le dimanche, pareil aux autres magasins situés sur la célèbre avenue. 

 

Il y a bientôt deux ans, les salariés ont découvert qu’à travail égal, ils leurs dimanches n’étaient pas payés de la même façon que ceux des autres Fnac de Paris. Selon eux, dans les autres magasins de l’enseigne, les employés avaient une majoration 100 % supérieure à la leur. En clair, ils seraient moins payés pour un même travail effectué.

 

En grève depuis bientôt un mois, ils essayent se sensibiliser les clients, les passants et les internautes à leur cause. Chaque jour ils exposent leurs revendications devant le magasin et ont lancé une pétition. Celle-ci dispose d’une version en ligne, qui a déjà récolté plus de 400 signatures, tandis que leur version papier aurait déjà obtenu environ 3000 soutiens.

 

Ils partent leurs actions sur leur page Facebook créée pour l’occasion. D’après un communiqué de la CGT, la direction leur a annoncé une réouverture des négociations sur le travail du dimanche et en soirée, et ce, dès les 5 et 6 janvier prochains. La CGT et SUD seront présents, face à la CFDT et CFTC, pour « au pas de course, faire signer les réformistes ».

 

Il y aura également la CGC représentant un bloc de 6 % qui pourrait faire la différence. Cependant, d’après la CGT, « si le projet devait être mis en œuvre, la population cadre serait évidemment mise à contribution de manière sévère, il est facile d’imaginer que la notion de volontariat pour eux se pose dans des termes très différents et notamment dans les établissements qui comprennent un seul cadre par plateau ».

 

En attendant, ils continuent à se mobiliser et à récolter des soutiens. Ils réclament entre autres une journée de compensation et une « prime de sous-sol » dont ils ne disposent pas contrairement à la Fnac des Halles. Pour connaître le bilan et l'avenir de leur action, il faudra donc attendre début janvier.

 

 

 

Ce n’est pas la première fois que le travail dominical fait débat à la Fnac. L’année dernière, les employés étaient en grève contre la loi Macron et son travail dominical qui proposait l’ouverture des commerces culturels jusqu’à 52 dimanches par an.