La Fnac s'exportera-t-elle en Angleterre ?

Clément Solym - 10.03.2008

Edition - Economie - Fnac - Angleterre - Londres


Éloignons-nous un tout petit peu du monde des livres pour entrer dans un magasin Fnac, le revendeur de PPR, qui cherche très clairement à pénétrer le marché anglais. Un porte-parole de la société affirme en effet que « nous rencontrons quelques personnes en Angleterre pour parler de cette éventualité ».

Ambition officieusement affichée : s'installer et mettre un ou deux pieds dans le domaine de la vente de livres et de CD au détail. On recherche pour ce faire un espace de quelque 50.000 pieds carrés (4.600 m²) à rafraîchir et repeindre dans le centre de Londres...

Avec 77 magasins en France et 54 autres dans divers pays européens (Espagne, Portugal, Italie, Suisse, Belgique, Grèce) ou même au Brésil, ce local supplémentaire risque cependant de coûter cher au groupe.

En Angleterre, selon l'office national de statistiques, les ventes au détail ont augmenté, de 23 % entre 2000 et 2006, mais les librairies indépendantes s'essoufflent. « Les vendeurs de livres brassent plus de livres, mais dégagent moins de bénéfices. Plus de la moitié des livres sont vendus en discount », explique un analyste. D'autant que ce discount ne plaît pas à tous les auteurs.

Pour Mark Webb, porte-parole de DSG International, qui a pris contact avec la Fnac, cette implantation est intéressante : « Nous restons attentifs à leur demande. Ils ont de bons résultats en France, mais la question est de savoir s'ils pourront s'adapter à notre marché. »