Italie : dramatique disparition des lecteurs, et désintérêt pour les livres

Clément Solym - 07.05.2015

Edition - International - Italie lecteurs - livres achats - Turin Foire livre


Le Salon du livre de Turin s'ouvrira du 14 au 18 mai, alors que l'Italie continue de déplorer une situation très difficile pour la lecture. Au cours de l'année 2014, les chiffres officiels annoncent que six Italiens sur dix n'ont pas lu de livre. Les données, communiquées en février dernier font toujours peur : la situation ne semble pas s'inverser.

 

 

Italie livres centre commercial

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« Près de 60 % des Italiens ne lisent pas même un livre par an. Ce qui signifie que nous avons face à nous un public de personnes qu'il faut convaincre que la lecture n'est pas quelque chose de difficile, comme la plupart le croient. La lecture est importante, amusante, utile. Elle doit être cultivée avec passion », s'emballait Marco Polillo, président de l'Associazione Italiana Editori.

 

Le pays lit peu, et cela se manifeste dès le plus jeune âge : 41,4 % de la population âgée de 6 ans avait lu un livre au cours de l'année 2014, contre 43 % en 2013. En parallèle, 10,3 % des ménages ne disposent pas d'un seul livre chez eux. Rolando Picchioni, président de la Fondazione del Libro s'alarme : « Ces chiffres sont dramatiques. Nous faisons tout notre possible pour inverser cette tendance. On crée un réseau dans tout le pays, entre les villes et le livre. »

 

Sergio Mattarella, président de la République, sera présent lors de l'inauguration de la Foire, la semaine prochaine, mais sera porteur d'espoir. Les nouvelles données, communiquées depuis Turin, à l'approche de la manifestation, indiquent également que 28,2 % des Italiens disposent de 25 livres chez eux, et 89,2 % en possèdent au moins un. 

 

« Dans la forêt des éditeurs italiens, les sept grands groupes d'édition italienne possèdent 67 % du marché, et 2 % sont éditeurs dans le Piémont », poursuit Picchioni. Or, ces deux maisons ont connu une baisse de leur activité, significative, au cours des cinq dernières années. 

 

Pourtant, le territoire a vu le nombre de lecteurs augmenter. Les grands lecteurs italiens représentent 9 % de la population – en moyenne un livre par mois – tandis qu'un Piémontais sur cinq assure en avoir lu trois au cours de l'année. Le numérique ne semble en revanche pas avoir conquis les foules : 1 personne de la région sur 10 a consulté ou téléchargé un ebook, contre 6 % qui en ont acheté. (via Isole24)

 

Une grande campagne, reposant sur les réseaux sociaux, avait été mise en place en février, pour encourager à découvrir les livres. #IoLeggoPerche devait ramener les gens vers le livre, à l'initiative de l'interprofession. « #ioleggoperché a été développé pour motiver ceux qui lisent peu ou pas. Nous parlons de plus de la moitié des Italiens », précisait le président de l'Associazione Italiana Editori, Marco Pollio. 

 

Et d'ajouter : « C'est à eux que l'on s'adresse, en faisant levier avec la passion authentique des lecteurs qui deviendront de véritables Messagers, jeunes et adultes, capables de s'engager et de convertir les autres à la lecture, chaque fois que c'est possible. » Reste à voir comment cela aura évolué pour l'année 2015.