La Fondation M6 et l'Education lancent un concours d'écriture à destination des détenues

Orianne Vialo - 08.04.2016

Edition - Société - Au-delà des lignes - concours d'écriture - Fondation M6 éducation nationale


Pour la première année, la Fondation M6 et l’Éducation nationale se sont associés pour lancer leur 1er concours d’écriture, « Au-delà des lignes » organisé dans les établissements pénitentiaires. Présenté en association avec la Direction interrégionale de Lille et des détenus de la maison d’arrêt d’Arras, ce concours a pour objectif de favoriser la réinsertion des personnes détenues, tout en luttant contre l’illettrisme et la récidive. 

 

(Domaine public)

 

 

Les chiffres sont élevés : 35 % des personnes incarcérées se trouveraient en grande difficulté de lecture dans les prisons françaises — dont 11 % en situation d’illettrisme. 

 

C’est par le biais d’ateliers d’écriture encadrés par des enseignants de l’Éducation nationale que les hommes, femmes et mineurs sont amenés à (re) découvrir les plaisirs de lire et d’écrire. Au travers du thème les « souvenirs de jeunesse », les détenus vont devoir rédiger un texte qui sera par la suite soumis à un jury.

Pour cette première édition, il sera composé de 16 membres de l’Éducation nationale, de l’Administration pénitentiaire et de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI) ; mais aussi de 13 personnes de la société civile.

 

Parmi eux, l’on retrouvera : 

Isabelle Monnin (écrivain), Maxime Chattam (romancier), Rachid Santaki (romancier — scénariste), Jonathan Curiel (romancier — Directeur général de Paris Première), Pierre Notte (auteur dramatique — metteur en scène), Éric Nalleau (critique — animateur Ca balance à Paris), Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière (scénaristes — réalisateurs), Nathalie Renoux (journaliste M6 — marraine de la Fondation), Vincent Montgaillard (journaliste le Parisien), Elsa Guiol (journaliste Marie-Claire), Laure Saget et Alix D’Izarn (éditions Flammarion).

 

 

 

Avant la remise des prix le 30 juin 2016, au centre pénitentiaire de Sequendin, tous les membres du jury iront à la rencontre des concurrents, dans leur maison d’arrêt. 

 

4 lauréats seront récompensés (3 primés chez les personnes majeures et un prix spécial mineurs) et pourront bénéficier, à la fin de leur peine, d’un accompagnement prolongeant leur apprentissage de la langue française. 

 

En choisissant de donner la plume à ceux qui ne la prennent jamais, le concours « au-delà des lignes » veut activement lutter contre l’exclusion des personnes détenues en situation d’illettrisme.