La fuite qui l'empêchera de toucher un centime sur ses mémoires

Clément Solym - 08.09.2011

Edition - Société - darling - atlantic - alistair


En publiant des extraits de ses mémoires dans le Sunday Times, où il dénonce l'« enfer» du 10 Downing Street sous Brown, l'ex-ministre britannique des Finances Alistair Darling était loin de se douter que cela lui coûterait une petite, voire une grosse, fortune, rapporte The Guardian.

En effet, le journal britannique a réduit le montant qu’il versait à l’éditeur pour la sérialisation de Back From the Brink: 1,000 Days at Number 11, après avoir découvert qu’une première version de l’ouvrage avait été publiée sur le blog Labour Uncunt.

Darling et son éditeur Atlantic Books aurait été « décimé » par cette réduction, qui approcherait les 90% selon Nicholas Watt, du Guardian.

Cela ne signifie pas qu’ils perdent de l’argent, mais plutôt qu’ils n’en gagnent pas, à moins que ses mémoires ne deviennent un best-seller, ce qui ne semble pas prêt d’arriver.

Mauvais coup pour l’ex-ministre britannique des Finances qui n’est cependant pas encore accusé personnellement pour cette fuite.

La roue pourrait cependant tourner en sa faveur sur le plan politique, alors que des rumeurs circulent. Il est question de remplacer Christine Lagarde à la tête du FMI, celle-ci étant suspectée de complicité de détournement de biens publics et de faux dans l’affaire Lagarde/Tapie.