La génération Y sait toujours lire mais comprend mal les bibliothèques

Nicolas Gary - 11.09.2014

Edition - International - lecture adultes - Etats-Unis - statistiques livres


Une étude menée par Pew Research, et portant sur les habitudes de lecture des jeunes Américains annonce que les statistiques restent encourageantes pour le pays. L'étude porte sur les moins de 30 ans, avec quelques éléments assez intéressants. Plus de 88 % des citoyens ont lu un livre au cours de l'année passée, contre 79 % l'année passée. Satisfaisant, pour un combat à mener perpétuellement.

 

Adding a little shoe spice to the stacks ...

Enokson, CC BY 2.0

 

 

L'étude de PR s'est donc intéressée aux jeunes de 16-29 ans, principalement parce qu'ils sont les premiers à recourir aux outils technologiques contemporains. Et que ces appareils pourraient avoir influencé leur pratique de la lecture. Une pareille tranche d'âge implique cependant de subdiviser les résultats, pour arriver à mieux cerner l'ensemble.

 

Pour débroussailler, notons que 98 % des moins de 30 ans utilisent internet, et 90 % pratiquent les réseaux sociaux. 77 % ont un smartphone et 38 % une tablette, contre 24 % qui disposent d'un lecteur ebook. Leur usage de la toile montre par ailleurs d'importantes nuances : ils sont 62 % à estimer que beaucoup d'informations essentielles sont manquantes sur le net – 53 % des Américains plus âgés partagent leur opinion. Cependant, 79 % de cette tranche d'âge estiment que ne pas avoir internet est un réel désavantage. 

 

Pour ce qui est de la lecture, 43 % ont passé du temps quotidiennement à lire sur l'année dernière, et 37 % des 18-29 ans ont lu en numérique. Chez les 16-17 ans, la lecture reste une activité scolaire – en particulier pour les livres imprimés, laissant entendre que le numérique aurait alors une connotation divertissante. D'ailleurs, cette tranche est la moins susceptible de se rapprocher des bibliothèques, qu'il s'agisse d'une approche communautaire ou pour l'accès à des ressources spécifiques.

 

Quatre jeunes sur dix lisent dans n'importe quel format, quotidiennement, un taux similaire à celui des adultes plus âgés. Mais clairement, l'incidence de la technologie n'est pas probante au point d'écraser leurs activités. 

 

Autre signe fort, la génération Y est plus attirée par les bibliothèques que ses aînés : 50 % des 16-29 ans y recourent, contre 47 % des 30 ans et plus. Ils utilisent d'ailleurs les sites web des établissements, plus que les plus âgés, mais prennent moins la mesure : seuls 19 % des interrogés estiment que la fermeture de leur bibliothèque aura une incidence sur eux et leur famille, contre 32 % des adultes. En revanche, à un niveau plus global, ils sont 51 % à estimer que cela impactera la vie de leur quartier, et 67 % chez les plus de 30 ans.

 

Globalement, les 16-29 ans conservent toutefois une relation sociale forte vis-à-vis des bibliothèques. Mais la génération Y reconnaît facilement qu'elle n'est pas familière des services qu'offrent les établissements.