La grande distribution au secours de la librairie indépendante

Clément Solym - 06.01.2010

Edition - Société - grande - distribution - secours


C'est à tomber par terre : le groupe de distribution international Tesco, basé surtout au Royaume-Uni (avec une capitalisation de 34,84 milliards € en juillet 2008), vient de signer un accord avec une petite librairie, qui a décidé de faire appel à l'administrateur général, Sir Terry Leahy.

En effet, la libraire Eleanor Davies, qui dirige Linghams, situé à Wirral, a pris contact avec Terry, après que ce dernier a donné une interview expliquant sa culpabilité de voir la grande distribution contraindre les petits commerces à la faillite. Personne n'est en effet dupe : les gros bouffent les petits, et même si ce n'est pas dans l'ordre des choses tel que Darwin l'a imaginé, c'est la réalité du marché.

Un email, ça coûte quoi ?

De fait, c'est le mari d'Eleanor qui l'a poussée à écrire un courriel au patron de Tesco : « Je parie qu'il ne se préoccupe pas vraiment des petites entreprises. Tu devrais lui envoyer un email pour voir s'il peut faire de la promotion pour toi. » Défi relevé, et hop, Eleanor se lance, avec dans l'idée qu'il n'y a rien à perdre.

« Je lui ai fait remarquer que nos intérêts se croisaient de bien des manières, que nous sommes bien plus spécialisés et trouvons des ouvrages difficiles à se procurer pour nos clients. Et notre personnel est très bien formé dans le monde du livre, de sorte que nous offrons des services différents. Bien que nous ne puissions pas empêcher les gens d'acheter des livres chez Tesco, comme je lui ai dit, le magasin pourrait laisser penser que s'ils ne trouvent pas ce qu'ils souhaitent là-bas, ils pouvaient toujours venir chez nous. »

Alors là, Wouah !


Et dès le lendemain de l'envoi de cet email, une réponse parvient à Eleanore : « Grande idée », lui répond-on, et tout particulièrement en regard de la branche Heswall de Tesco qui s'est particulièrement impliquée dans l'économie du livre et présente désormais des affiches où l'on recommande au client de se rendre à Linghams si l'on souhaite plus de choix. Elle précise en outre que la librairie qui assure son service depuis 20 ans, propose des livres rares et les fournit au besoin en 24 h. Et pour se relaxer, on trouvera un café, un club de lecture et une soirée poésie hebdomadaire.

Ne rêvons pas trop cependant...

Eleanor, forcément, est optimiste de ce que cette campagne pourra lui apporter. « Il y a beaucoup de personnes qui sont des acheteurs compulsifs chez Tesco » et cette idée serait véritablement un moyen de les atteindre et les ramener dans sa boutique.

Reste que la décision a été prise au niveau local, et ne se destine pas vraiment à être généralisée à l'ensemble du territoire. Rien n'indique que la même chose se déroulera ailleurs, ajoute Tesco.