La guerre des métadonnées, ou l'Open licence à la BnF

Cécile Mazin - 16.12.2013

Edition - Bibliothèques - open licence - métadonnées - BnF


La BnF a choisi de placer les métadonnées descriptives (données bibliographiques et d'autorité) issues de ses catalogues sous la « licence ouverte » de l'État, qui en permet la libre réutilisation avec obligation de citation de la source. À partir du 1er janvier 2014, l'ensemble de ces données - plus de 12 millions de notices bibliographiques et 2,5 millions de notices d'autorité - sera mis à disposition gratuitement pour tout type de réutilisation, y compris commerciale.

 

 

 

 

L'établissement annonce dans un communiqué que sa démarche s'inscrit dans « le mouvement d'ouverture des données publiques », que le ministère de tutelle encourage déjà. On rappelle également qu'en 2011, la BnF fut « la première institution culturelle à déposer sur le site data.gouv.fr un premier jeu de données mis à disposition du public sur son site data.bnf.fr ».

 

Cette plateforme française d'ouverture des données publiques fut mise en place par la mission EtalabLe choix de l'ouverture s'applique désormais à l'ensemble des métadonnées descriptives de la BnF :

  • telles qu'elles sont proposées :
    • à la sélection sur les interfaces publiques des différentes applications (ex. : paniers du catalogue général),
    • dans les réservoirs de diffusion (ex. : entrepôts OAI),
    • par lots constitués (ex. : catalogues rétroconvertis, Bibliographie nationale française, différents ensembles de notices d'autorité) ;
  • et quels que soient :
    • leur mode de constitution initial (ex. : création dans le catalogue, conversion, dérivation),
    • leur format (ex. : Intermarc, Unimarc, EAD, Dublin Core, RDF),
    • leur protocole de diffusion (ex. : transferts FTP, Z39.50, OAI, dumps RDF).

 

Et d'expliquer : « En simplifiant, facilitant et favorisant la diffusion et la valorisation des métadonnées de la BnF vers et par différents opérateurs et partenaires, cette mesure permet à la Bibliothèque de participer pleinement au mouvement de coopération et de mutualisation bibliographique, dans le cadre de projets nationaux et internationaux. [...] L'ouverture des données a vocation à valoriser les données des bibliothèques et à faciliter leur mise en relation avec celles d'autres communautés présentes sur le web. Plus largement, il s'agit de promouvoir, via le web, l'usage de données de référence et de qualité, tout en permettant le suivi de leurs réutilisations. »

 

L'ouverture des métadonnées descriptives permet à la BnF de s'inscrire dans un mouvement « de coopération et de mutualisation bibliographique, dans le cadre de projets nationaux et internationaux ». Cette interopérabilité juridique incitera les échanges avec des catalogues d'agences et d'établissements publics de l'Enseignement supérieur et de la recherche, qui aura choisi de recourir à la même licence pour leurs propres métadonnées. 

 

« Le champ de la coopération s'étend également à tous les acteurs de la chaîne du livre, avec lesquels il convient de partager les bénéfices issus de l'investissement de la puissance publique en matière de catalogage et d'indexation bibliographiques pour le bénéfice de l'édition française. Enfin, l'ouverture des données valorisera les données des bibliothèques et facilitera leur mise en relation avec celles produites par d'autres communautés présentes sur le web », souligne le communiqué.

 

Pour savoir quelles sont les données concernées, ce sera à cette adresse.

 

 

 

Feuille de route Open Data du ministère de la Culture et de la Communication, avril 2013 :