La guerre économique avec la Chine contrarie les éditeurs américains

Antoine Oury - 19.06.2019

Edition - International - chine impression livres - etats unis chine conflit - donald trump chine edition


Désireux de faire valoir la puissance américaine, le président Donald Trump a mis en œuvre une série de sanctions économiques à destination de la Chine, destinées à limiter les importations en provenance de la République populaire. Ce qui ne fait pas les affaires des éditeurs américains qui profitent, comme d'autres marchés de l'édition, des solutions d'impression chinoises : ils demandent au gouvernement de faire une exception avec les livres.

Xi Jinping - London Book Fair 2018
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)


La guerre économique des États-Unis et de la Chine ne fait pas les affaires de l'édition : l'association des éditeurs américains (Association of American Publishers, AAP) a fait une demande solennelle au Bureau du représentant américain au commerce, chargé de la politique des États-Unis en matière de commerce international, pour exclure les livres des produits concernés par une taxe spéciale à l'importation.

En vertu des conclusions d'une enquête menée par le Bureau du représentant américain au commerce, la Chine est considérée comme un partenaire commercial peu fiable, accusé de « pratiques commerciales déloyales » qui porterait atteinte à la propriété intellectuelle et à l'innovation américaine. En conséquence, les taxes douanières sur les produits chinois importés ont été relevées de 10 % à 25 %, en guise de sanction.

« L’industrie de l’édition américaine investit dans la littérature, les livres pour enfants, le matériel pédagogique, les textes religieux et historiques, les Bibles, les expressions scientifiques et autres nombreux autres ouvrages de fiction et non-fictions qui relaient et célèbrent des voix américaines, mais qui sont imprimés en Chine », explique Maria A. Pallante, présidente de l'association des éditeurs.

Mettre en avant une application du slogan « America First » sans pour autant se priver des infrastructures et des facilités économiques du partenaire chinois, voilà un exercice difficile pour les éditeurs américains, qui assurent qu'aucune alternative n'existe sur le territoire américain pour l'impression de certains ouvrages. Le volume de livres imprimés en Chine couvrirait parfois jusqu'à 25 % du catalogue d'un éditeur.

 

Valoriser la libre circulation des idées



Les effets d'une hausse de 15 % des taxes douanières sur les prix des livres vendus aux États-Unis seraient dévastateurs, promet l'association des éditeurs américains, tandis que l'impact punitif sur le gouvernement chinois, lui, serait minime. D'autant plus que les livres et autres écrits étaient auparavant exemptés de taxes douanières à l'importation.

« Parce que le secteur de l'impression ne fait pas partie des priorités du gouvernement chinois, les taxes sur les livres ne devraient pas affecter les politiques du celui-ci, ce que recherche avant tout l'action liée à la Section 301 », explique Lui Simpson, vice-président chargé de la politique internationale de l'AAP. Cette « Section 301 » n'est autre qu'un article de la loi américaine sur le commerce international, qui a motivé l'ouverture d'une enquête sur les pratiques de la Chine.
 
Les éditeurs américains assurent qu'une telle hausse des prix aurait plutôt des effets sur le marché intérieur de l'édition, conduisant à des licenciements : en conséquence, l'industrie tout entière demande une exclusion des livres du périmètre de la hausse des taxes douanières. « Les livres encouragent le libre échange de connaissances et d'informations, incarnant ainsi une valeur américaine fondamentale inscrite dans notre Constitution et essentielle à l'exercice de nos droits fondamentaux », termine l'association.

D'autres entreprises américaines de l'édition et de l'industrie du livre doivent être entendues par le Bureau, notamment Penguin Random House et l'association des libraires américains. Jamie Fiocco, libraire et président de cette dernière organisation, a souligné que de telles taxes douanières « endommageraient sérieusement et de manière disproportionnée des commerces de petites et moyennes envergures », les librairies.

« Il est crucial de comprendre que même la librairie indépendante la plus fréquentée fonctionne avec des marges très faibles. Et malgré des hausses et des succès ces dernières années, la librairie est un commerce très volatile. Si les prix augmentent à cause d'une hausse des taxes, l'impact négatif sur la santé fiscale du secteur de la vente de livres — et sur les lecteurs de tous âges — serait très important », assure-t-il.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.