La Hadopi dans le collimateur d'Aurélie Filippetti

Clément Solym - 15.09.2012

Edition - Justice - hadopi - filippetti - critique


Décidément, Aurélie Filippetti ne mâche pas ses mots à l'encontre de la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi). Cet héritage de l'ère Sarkozy comporterait, selon la ministre de la Culture, « une disproportion entre [ses] moyens énormes […] et le résultat concret », rapporte l'AFP.

 

Aurélie Filippetti a, encore une fois, discrédité un peu plus l'intérêt de la Hadopi après la première condamnation d'un internaute pour téléchargement illégal.

 

Effectivement, le déséquilibre est de taille entre les moyens mis en œuvre, 11 millions d'euros par an, des dizaines de salariés, et au final, une trentaine de dossiers transmis au juge…Quant à la première condamnation à Belfort, c'est un homme de 39 ans qui en a fait les frais : une amende de 150 €…

 

La réaction de la présidente de l'Hadopi n'avait d'ailleurs pas tardé, estimant faire ce qu'elle pouvait avec des outils rigides et limités.