La jeune allemande Helene Hegemann donne le nom de ses inspirateurs

Clément Solym - 10.02.2010

Edition - Société - Helene - Hegemann - Axolotl


Déjà célèbre et pourtant si jeune, Helene Hegemann, 17 ans, n’en finit pas de déconcerter les critiques allemands. Et, pour ne pas les laisser en reste, alors que son nouveau roman, Axolotl Roadkill, vient à peine de sortir en librairie, elle révèle publiquement avoir plagié notamment quelques pages d’un jeune blogueur célèbre.

Inconsciente des conséquences juridiques, l’adolescente en profite surtout pour expliquer sa vision de la création où l’expérience personnelle se mêle aux films vus et aux livres parcourus. C’est de ce tout que naît ensuite l’œuvre. Le blogueur dont elle a plagié quelques pages, Airen, est aussi bien connu puisqu’il a publié l’année dernière un premier roman Strobo où il revient sur ses expériences issues de sa vie nocturne dans Berlin.

Helene Hegemann a déjà eu le temps d’écrire également une pièce de théâtre, Ariel 15, mais également de réaliser un film, Torpedo, qui a été salué par l’obtention du prix Max-Ophüls récompensant le meilleur moyen-métrage.

La jeune fille a de qui tenir, son père étant un ancien dramaturge de renom qui officiait au sein du théâtre Volksbühne de Berlin. Mais le facteur déclenchant de la tension créatrice d’Helene Hegemann reste la mort de sa mère. A treize ans, la jeune fille a dû alors rejoindre son père sur Berlin. Ses œuvres font part de ses expériences tout autant que de ses rêves.