La jeunesse sans Rowling s'en sort plutôt bien

Clément Solym - 19.01.2009

Edition - Economie - jeunesse - littérature - Rowling


Tout le monde redoutait qu'elle ne fut à l'agonie, cette jeunesse qui est le levain de l'humanité, et pourtant, il n'en fut rien : les ventes de livres de ce secteur en Angleterre ont même connu une perte de 4,9 millions £ sur l'année 2008, passant de 319,7 en 2007 à 314,8 millions cette année.

Donc rien ne va en fait ? Eh bien, si l'on enlève le pourcentage des ventes réalisé par les livres de Rowling, soit 6,4 % du secteur, on tombe pour 2007 à 308,7 millions. Donc en somme, ça ne va pas vraiment pour le mieux, mais c'est loin d'être aussi catastrophique qu'on ne le craignait.

Petit élément cependant, il semble que le prix moyen des livres ait augmenté légèrement passant de 4,84 £ à 4,96 £, estime Nielsen BookScan.

Bien sûr, la série Twilight est attendue comme le Messie, et semble déjà faire de petits miracles de même que le secteur adolescent semble avoir connu une bonne augmentation, passant de 10 millions £ à 45 millions £ de ventes cette année.