La langue allemande officialise l'anglicisme "shitstorm"

- 04.07.2013

Edition - Société - dictionnaire - anglicisme - allemagne


Mondialisation oblige, l'Allemagne est, elle aussi, agitée par les querelles linguistiques sur l'adhésion ou nom d'anglicismes dans son lexique. Le dernier en date et non des moindres se caractérise par une vulgarité certaine. Lié aux nouvelles technologies et aux réalités sociétales, « shitstorm » traduit plutôt bien le contexte économique européen et son commentaire. Avec une telle acuité que le vénérable dictionnaire Duden l'a officiellement inclus.

 

 

Άνγκελα Μέρκελ, Angela Merkel: Queen of Europe, by wikipedia User:א (Aleph)Duncan Hull, CC BY-SA 2.0

Angela Merkel, caution morale d'utilisation ?

 

 

En Allemagne, le mot a une acception bien définie puisqu'il qualifie les protestations populaires généralement lancées sur le web. Des crises sociales suffisamment régulières et un usage du mot passé dans le langage commun, à tel point que des experts linguistes l'ont couronné anglicisme de l'année 2012.

 

Gage de crédit, Angela Merkal lâchait le petit mot-valise devant une session parlementaire. Les spécialistes de la langue de Goethe ont surtout reconnu son utilité. Plus fort qu'une « chienlit » ou une « tempête-d'étrons », Shitstorm recouperait des réalités nouvelles - une source en ligne de débat houleux et ordurier - nécessitant l'import anglais d'un nouveau terme. 

 

« C'est une nouvelle sorte de protestation qui est clairement différente dans sa nature et son degré de ce qu'on pouvait attendre par le passé comme réponse à une déclaration ou une action », a indiqué Michael Mann, auteur du Lexikographieblog. Cette locution « remplit le vide dans le vocabulaire allemand et devenu manifeste à travers les changements dans la culture du débat public », justifiait l'année dernière le jury en charge de sélectionner l'anglicisme de l'année.

 

Une vraie empreinte temporelle et sociétale dans le choix des mots puisqu'en 2010, le terme choisi était « leaken », traduisible en « fuiter », référence explicite aux polémiques soulevées par Wikileaks. Une « shitstorm diplomatique » en somme.