La langue de Molière, peut-être, mais pas ses pièces

Clément Solym - 14.03.2011

Edition - Société - theatre - corneille - moliere


Cachez-moi cette imposture que le peuple français ne saurait voir ! Des chercheurs russes viennent de mettre à mal l'expression consacrée « la langue de Molière », pour désigner le français. En effet, le dramaturge ne serait pas l'auteur de ses pièces. Fictre !

Mikhail Marusenko et Elena Rodionova qui travaillent à la faculté de Saint-Pétersbourg ont passé au crible fin les pièces versifiées de Molière pour en conclure que ce serait bien à Corneille qu'il faut les attribuer. Et la preuve vient par les maths, qui démontrent, implacablement, puisque mathématiquement, qu'« à 95 %, six pièces de Molière sur treize peuvent être attribuées à Corneille », estiment les deux chercheurs. (via Sciences et avenir)

Une cinquantaine d'éléments étaient pris en compte pour parvenir à cette conclusion. Interrogé, Georges Forestier, qui enseigne à La Sorbonne : « Les Russes, comme Dominique Labbé, instruisent à charge. Ils prennent pour hypothèse que Molière n’a pas écrit ses pièces. Mais ils ne comparent pas à beaucoup d’autres auteurs, ou mieux à des auteurs antérieurs ou postérieurs aux deux dramaturges. »

Alors que faut-il en conclure ? La proximité lexicale, grammaticale, voire syntaxique permet-elle de conclure que Molière n'a pas écrit ses pièces ? Que Corneille en serait le géniteur ?

Ou bien que les deux hommes appartenaient au même siècle et qu'il est envisageable de trouver des similitudes de ce fait ?

N'oublions pas que la thèse avait déjà été défendue l'an passé, Denis Boissier, instigateur du site Corneille-Molière, qui désire mettre fin à l'imposture. « Il s'agit de réhabiliter le génie de Corneille, qui versifiait avec une rapidité stupéfiante, et dont on méconnaît le tempérament secret et mystificateur », expliquait-il. (via l'Express)

Il avait d'ailleurs publié un ouvrage à charge : « Corneille est toujours présent aux étapes décisives de la carrière de Molière, ce qu'occultent les biographies officielles. » (L'Affaire Molière aux éditions Jean-Cyrille Godefroy, 2004)

Via @Babelio