La libraire d'Épinal gagne un round contre Amazon et son casier

Antoine Oury - 22.02.2019

Edition - Librairies - libraire epinal amazon - amazon casier epinal - isabelle colin amazon


Le pot de terre aurait finalement tiré son épingle du jeu : Isabelle Colin, à la tête d'une librairie d'Épinal, avait décidé de saisir la justice pour concurrence déloyale après l'installation d'un casier Amazon au sein de la gare SNCF. Depuis ce jeudi 21 février, la borne de retrait de colis du géant américain de la vente en ligne n'est plus opérationnelle, mais la libraire entend poursuivre la procédure.

Amazon locker
Un casier Amazon installé dans une boutique, aux États-Unis (BeyondDC, CC BY-NC-ND 2.0)


« Bon... ça, c'est re-fait ! », s'est félicitée la librairie Le Quai des Mots d'Épinal en partageant la nouvelle de la désactivation du casier de retrait de colis installé par Amazon à la gare SNCF. En décembre 2018, la libraire Isabelle Colin s'était insurgée de voir le géant américain accueilli au sein de la gare, juste en face de la librairie indépendante. Son message, posté sur Facebook, avait reçu de nombreuses manifestations de soutien.

Le 15 février dernier, avec l'accord du propriétaire de la librairie Le Quai des Mots, le diocèse de Saint-Dié, Isabelle Colin sollicitait un cabinet d'avocat pour l'accompagner dans une démarche judiciaire, afin de contester devant les tribunaux l'installation de cette machine estampillée Amazon.

Le Quai des Mots dénonçait alors une « concurrence déloyale », ainsi qu'une installation de la borne qui aurait été « réalisée au mépris total de la réglementation applicable », selon un courrier envoyé à Amazon et à la SNCF. L'établissement mettait alors en avant le respect des règles d'urbanisme et de protection du patrimoine, qui lui semblait avoir été pris à la légère lors de cette installation.
 

Une action qui finit par payer


Les arguments auraient convaincu Amazon de suspendre l'activité de son casier, qui ne semble plus opérationnel, rapporte Vosges Matin, même s'il est toujours présent devant la gare spinalienne. « C’est bien qu’Amazon ferme ce casier, mais nous n’avons reçu aucune confirmation officielle de sa part », précise toutefois la libraire, qui maintient sa procédure, laquelle devrait être examinée prochainement par l'architecte des Bâtiments de France.

« Nous nous réservons donc le droit de poursuivre la procédure judiciaire en référé devant le tribunal de commerce si nous n’obtenons pas de garanties d’ici peu », souligne ainsi Isabelle Colin.

Si le géant américain de la vente en ligne, doté d'une force de frappe considérable, peut se frayer un chemin à peu près partout, aussi bien dans l'espace public que dans les domiciles avec son enceinte intelligente, il fait parfois face à un tel rejet qu'il est contraint de changer ses plans.
Ainsi, à New York, et plus précisément dans le Queens, l'opposition de citoyens et d'associations a-t-elle fini par payer : Amazon, qui souhaitait y installer un de ses sièges, a dû y renoncer face à la mauvaise presse que cela engendrait à son égard. Des opposants se faisaient en effet une joie de rappeler combien la multinationale évitait de payer l'intégralité des impôts dus, en usant de mécanismes d'optimisation fiscale...


Commentaires
@bruno, Amazon se lance dans l’auto-édition (et bientôt dans l’édition ?). Qu’il se rassure, il n’aura bientôt plus à envoyer de factures aux libraires indépendants puisqu’Amazon l’aura probablement tué lui-aussi...
Bonjour, je suis éditeur. L'orsqu'Amazon me commande un livre pour un client qui l'a commandé via sa plateforme je suis toujours payé le 15 du mois suivant. Quand une librairie me commande le même livre, 2 fois sur 3 (c'est beaucoup), je suis obligé de renvoyer ma facture, rappeler, envoyer des mails de relance pour me faire payer. Alors les libraires je ne leur fait plus confiance. DOMMAGE!
Si les gens étaient un peu moins stupide et achetaient un peu plus aux librairies indépendantes on se ferait moins bouffer par les multinationales. On aurait peut-être un peu moins de choses, mais on vivrait mieux.
Merci Bruno pour l'éclaircissement.

@jocelyn les gens font un peu comme ils veulent, moi systématiquement j'ai eu des problèmes avec des libraires ("arnaque" sur les prix / j’achète beaucoup des livres en Anglais / 5 librairies tous limite escroc sans PU ex un livre vendu 35$ pour 90€/ une commande spéciale = on y va à fond sur les prix, merci mais j'aime pas me faire avoir, une fois ça suffit = j'ai épuisé les librairies de ma ville / c'est vrai y a une fnac mais je préfère Amazon).
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.