La librairie Camponovo de Besançon, d'incertitudes en déceptions

Clément Solym - 28.05.2012

Edition - Librairies - Camponovo - Besançon - Liber


Depuis plusieurs mois, la situation de la librairie Camponovo préoccupe, et l'approche de l'échéance inquiète tout en favorisant les prises de position et autres soutiens. (voir notre actualitté) Outre les 39 salariés menacés par la fermeture de la librairie, 18 personnes employées par la société Liber, qui gère le dépôt de Camponovo, seront licenciées le 31 mai prochain.

 

Ils sont en quelque sorte les travailleurs de l'ombre, et ont peur d'être licenciés en silence : les 18 salariés de la société Liber, qui gère la comptabilité, la réception des ouvrages et le dépôt de la librairie Camponovo, vont être licenciés le 31 mai, d'après le site Plein Air.

 

La librairie Camponovo (source : Google Maps)

 

« Personne ne parle de nous ou se mobilise alors que nous faisons partie du groupe Camponovo, et sans sa logistique je ne vois pas comment la librairie Camponovo pourrait fonctionner, ne serait-ce qu'une semaine » explique une employée directement menacée par ces licenciements. Des hypothèses de rachat de la librairie, notamment par une banque, circulent, mais cet abandon de Liber ne laisse rien présager de bon. 


« Nous souhaitons juste être identifiés et reconnus » poursuit l'employée, qui participera probablement à la mobilisation de mercredi à Besançon, à 17 heures sur la Place du 8 Septembre. Tous les participants espèrent alerter les politiques sur la déliquescence du milieu culturel bisontin : alors qu'Aurélie Filippetti regrettait il y a peu la disparition de 1001 libraires, (voir notre actualitté) voilà l'occasion pour elle de prendre de nouveau position, aussi bien au niveau culturel que social.