La librairie d’occasion, littéralement et dans tous les sens

Auteur invité - 04.11.2019

Edition - Librairies - librairie occasion - vente livre - lecteurs boutique concept


Bien qu’ancien le concept de librairie d’occasion semble trouver son second souffle. En effet, les librairies d’achat et vente de livre de seconde main, même si elles subissent les assauts du secteur numérique, se veulent compétitives avec de nouveaux concepts pour attirer les lecteurs. 


Au bonheur des dames ? pixabay licence

 
Les librairies d’occasion sont des institutions assez anciennes pour certaines, mais qui se développent encore aujourd’hui. Elles ont pour but de revendre à des prix plus attractifs les livres des particuliers

En France, en 2017, on estimait à 12 % la part des Français ayant acheté au moins un livre imprimé d’occasion, soit une hausse de 0,5 point de pourcentage par rapport à 2016. Mais, pour que ce nombre continue d’augmenter, les librairies de seconde main doivent rester attractives et donc être innovantes. 
 

Du français et seulement du français


C’est le cas en Angleterre où la Française Marine Raynor a choisi d’ouvrir début 2017 une librairie d’occasion près de Londres. Le concept est simple : tout lecteur cherchant ou étant attiré par des œuvres écrites en français peut y trouver son bonheur parmi la sélection de « La Librairie », mais également profiter d’un coin lecture ou encore se laisser tenter par des produits français en vente dans la boutique. 

Afin d’attirer un large public, cette librairie propose des ouvrages de tous les secteurs du livre : non-fiction, jeunesse, thrillers, scolaire, manga ou encore livre cuisine. Plus qu’une simple librairie d’occasion spécialisée dans les livres en français, Marine Raynor a voulu créer un espace convivial, « un lieu de vie, de lien social » où le client serait avant tout membre d’une communauté de lecteurs. 
 

Une absence de personnel qui plait


Une librairie d’occasion autonome au Japon est un autre exemple d’innovation sur ce marché. En aout 2018, Koichi Hirata ouvre avec 7 autres personnes à Nara une librairie de livre de seconde main qui suit la mode du moment : l’absence de personnel. En effet, la librairie Naramachi Bookspace a fait le pari de n’ouvrir sa porte aux lecteurs que grâce à un code. 

Ce dernier leur est fourni en échange de données personnelles fournies lors d’une inscription sur le site internet de ladite librairie. Proposant un nombre d’ouvrage non négligeable et de différents genres, ce concept avait attiré plusieurs centaines de lecteurs en quelques mois. 
 

Ce train a pour terminus la librairie d’occasion


Barter Books est une librairie d’occasion au cadre atypique. Créée en 1991 dans la gare victorienne de Alnwick, elle est à la fois un commerce et un lieu de troc où un client peut échanger ses livres contre un avoir pour ses futurs achats. 

Les visiteurs s’y rendant peuvent se balader dans les allées et admirer les vitrines de livres, la verrière ou encore les cheminées qui ont été restaurées. Telle une vraie attraction touristique, cette librairie offre restauration, garde d’enfants ainsi que le Wi-Fi à ses visiteurs. Par ailleurs, Barter Books, en plus d’être dans un espace plein de cachet, est le premier lieu où on a pu voir le poster « Keep calm and carry on ». 

Ce poster et son slogan ont été repris et modifiés à de très nombreuses reprises et notamment pour le Jubilée de la reine Elisabeth II en 2012. Il s’agit là d’une source supplémentaire de prestige pour la librairie. 

 
par Noëmie Carrecabe


Dossier : L'attractivité des librairies, malgré Amazon ou Netflix


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.