La librairie et maison d'édition City Lights fête ses 60 ans

Antoine Oury - 24.06.2013

Edition - Librairies - City Lights - librairie - San Francisco


La petite boutique fut le refuge des grandes oeuvres dès les années 1950, et sa célèbre section « Banned Books » a offert l'asile à plus d'un ouvrage rejeté, méprisé ou caché du puritanisme américain. City Lights, la librairie et maison d'édition de San Francisco, fête ses 60 ans et entend bien perpétuer promotion et diffusion d'une culture anticonformiste.

 


Window of City Lights Bookstore

Iburiedpaul, CC BY 2.0

 

 

« Abandonnez tout désespoir, vous qui entrez ici » annonce un panneau à l'entrée du City Lights Bookstore : depuis 60 ans, l'adresse est devenue celle des livres mal-aimés par le milieu de l'édition ou les autorités politiques. Fondée en 1953 par Lawrence Ferlinghetti, ancien officier revenu de la guerre et du bombardement de Nagasaki, et Peter Martin, la librairie de San Francisco se double rapidement d'une maison d'édition, selon un modèle européen, lorsque Martin part pour New York.

 

Les publications trouvent leur identité graphique, et leur nom : Poet Pocket Series. Les ouvrages reconnaissables entre mille deviendront les écrins des oeuvres de Ferlinghetti lui-même, mais aussi d'Allen Ginsberg, Howard Zinn, Charles Bukowski, Jean Genet ou Gregory Corso, tous plus ou moins proches du milieu beat.

 

 

 

 

La collection reste vivante aujourd'hui, et offre une quinzaine de nouveaux titres par an, au rythme des poètes contemporains. Elaine Katzenberger, directrice exécutive, rappelle l'esprit du lieu, resté propriété de Ferlinghetti et ses clients : « Le profit n'a jamais été un objectif, ni publier et vendre des livres pour remplir les poches de certains pontes, au contraire, le but recherché a toujours été l'éveil et l'inspiration, pour faire résonner l'alarme contre la consommation débridée et la violence du capitalisme déchaîné. »

 

Allen Ginsberg approuve...