La librairie italienne de Londres, fermeture programmée

Nicolas Gary - 18.05.2015

Edition - Librairies - Londres librairies - littérature italienne - femerture PIcadilly Circus


Située au cœur de Picadilly Circus, The Italian Bookshop est une institution londonienne. Depuis plus de vingt ans que la librairie est installée, il s'agit de l'unique lieu spécialisé en œuvres italiennes, explique Ornella Tarantola. Mais pas simplement pour trouver des livres : la librairie est devenue un endroit où les Italiens de Londres se retrouvent. Et où ils ne se retrouveront peut-être plus...

 

 

photo Facebook

 

 

Le 21 mai 1994, la première librairie italienne ouvrait ainsi à Londres, à l'initiative du distributeur Messaggerie Musicali. C'était comme un manque dans la culture britannique, alors que l'italien reste la troisième langue étudiée par les élèves, dans le pays. 

 

Une première fermeture était survenue en avril 2012 : Ornella Tarantola vivait les mêmes difficultés que les autres libraires de la ville. L'augmentation des frais de scolarité, moins d'élèves intéressés par la langue, et la crise qui était passée lourdement par là. Puis, la hausse inévitable des loyers, qui sévit sur tous les magasins du quartier.

 

Mais un emplacement s'était libéré, et à la place de The European Bookshop, The Italian Bookshop avait pu trouver un havre de paix, à cinq minutes à peine de son ancien local. La vie reprenait, avec de nombreuses rencontres : chaque fois qu'un auteur italien passait à Londres, la librairie devenait un passage quasi obligatoire.

 

La fin de la librairie est fixée au mois de septembre, au maximum à novembre. Les quelque 500.000 Italiens qui vivent dans la capitale britannique seront alors privés de cet établissement, victime de l'urbanisation permanente de Londres. 

 

« Londres a besoin d'être toujours belle, jeune et nouvelle », explique la responsable. Mais l'immeuble dans lequel se trouve son établissement a manifestement besoin d'un ravalement. Et l'obligation de quitter les lieux interviendra donc avant la fin de l'année. 

 

Quand on lui demande alors de quoi elle pourrait avoir besoin, Ornella Tarantola n'hésite pas une seconde : « De tout ce qui est possible ! » Ne reste alors qu'à attendre un dénouement aussi heureux qu'en 2012. (via Rai TV