Fermeture de la librairie Libris : une Belgique endeuillée

Cécile Mazin - 20.07.2015

Edition - Librairies - librairie belgique - Bruxelles région - Actissia fermeture


En dépit de l’appel d’une fervente pétition, la librairie Libris-Louise de Bruxelles fermera définitivement ses portes, le 25 juillet prochain. Ouverte depuis près d’un demi-siècle, cette franchise comptait plusieurs établissements, qui ont mis la clef sous la porte les uns après les autres. En octobre 2014, les trois derniers espaces avaient été revendus, et seule restait Agora, située à Namur.

 

 

 

Tout semblait pourtant se dérouler avec bon espoir que Fnac l’emporte : en février dernier, tout paraissait possible, alors que l’enseigne française convoitait gentiment cette boutique d’outre-Quiévrain. En cours de finalisation, la reprise de la boutique de Namur s’apprêtait à vivre quelques mois de travaux avant de rouvrir sous les couleurs de Fnac. 

 

Mais fin février, tout a viré au drame : les dix mois de négociations, se sont brutalement effondrés que Dominique Dubald, le directeur général de la FNAC détaillait : « Le retrait de la Fnac s’explique pour des raisons techniques et financières. Les travaux induits dans le réaménagement des locaux étaient plus compliqués, chers et impliquant que prévu. On tablait aussi sur une ouverture avant l’été 2015, on aurait dû la repousser en 2016 sans pour autant résoudre tous les problèmes. D’où notre abandon du projet. » (via L’avenir)

 

 

 

La fin programmée devenait plus visible. Depuis la décision du groupe Actissia de fermer le magasin de Bruxelles, du fait des coûts du loyer, la situation des librairies Agora en Belgique avait viré au cauchemar. Ancien propriétaire de l’enseigne Libris Agora, Actissia cédait ses actifs, mais, dans le cadre de discussions exclusives, avait fermé toute autre porte. Or, il est devenu trop tard, pour Agora, par la suite, alors que les éditions Naimette allaient racheter la librairie de Liège. 

 

Au 25 juillet prochain, la librairie Libris Agora Espace Louise fermera définitivement ses portes, en dépit d’une rentabilité réelle, assuraient ses dirigeants. Et pour l’heure, c’est une grande campagne de braderie qui est en cours.