La librairie Logos : chrétienne mais non confessionnelle

Julien Helmlinger - 23.05.2013

Edition - Librairies - Librairie chrétienne - Logos - New-York


Multiples sont les héritages linguistiques dérivés de l'antique terme grec « logos », et ce ne sont pas les philologues qui renieront leur suffixe indifféremment attribué aux disciples de savoirs que techniques. Du côté de l'Upper East Side new-yorkais, le luxueux

« district des bas de soie », le mot est également devenu l'apanage d'une librairie à laquelle il a donné son nom, en référence à la parole divine incarnée. Un lieu confortable, ou les piles de Bibles côtoient les titres profanes. Une boutique où l'on choisit sa bonne nouvelle, sous les yeux du maître des lieux, un chat noir baptisé Boo Boo.

 

 

 Upper East Side (Wikimedia Commons - Alex Maisuradze)

 

 

« Deux magasins en un seul », annonce son propriétaire Harris Healy, qui a choisi de jouer simultanément sur les tableaux du religieux comme du laïc. Et dans son échoppe, l'Histoire de l'Eglise, les traductions bibliques ou encore la Philosophie, se partagent les étagères avec des bouquins pragmatiques sur l'art du barbecue. Mais le bestseller de la maison reste la Bible King James (Bible du roi Jacques). Un entrepreneur pour qui les aspects spirituels sont au centre de son existence.

 

C'est au cours de l'année 1975 qu'il a décidé d'installer sa boutiquesur l'avenue Madison, bien avant de déménager en 1995 dans le quartier huppé de l'Upper East Side, avenue York. Et son enseigne attirerait des lecteurs férus de Philosophie depuis les quatre coins du globe.

 

Comme le précise son employé Ben Siegel, la librairie se vante d'être pionnière dans l'organisation de son salon interreligieux. Un événement pieux, guidé par la tolérance et le partage des connaissances, et piloté par un Juif athée issu d'un séminaire méthodiste libéral. Et le libraire tatoué de l'Ânkh, symbôle de vie égyptien, non dénué d'humour, se sent un peu comme le « confesseur du voisinage ».

 

Le jeune public a sa place dans cet environnement intime, et y bénéficie notamment de séances de lectures de contes, hebdomadaire, à renfort de jeux de marionnettes. Comme le ressent Siegel, Logos, c'est une affaire non seulement de livres, mais qui cultive aussi le « coeur et l'esprit ». Amen.

 

Via le New York Times.