La littérature érotique culmine sur le Net

Clément Solym - 15.03.2012

Edition - Société - Littérature érotique - Ebooks - Internet


Les lecteurs ebook pourraient bien devenir des petits gadgets érotiques pour ces mesdames et demoiselles. Portatifs, légers et pratiques, ils peuvent s'avérer utiles pour des rendez-vous coquins avec soi-même, à la lumière ambiante de lectures érotiques.

 

Car les romans érotiques se vendent deux fois plus en ligne qu'en librairie, selon le Sun qui ajoute que les ventes de ce genre libertin ont augmenté au total de 30%, alors que les femmes téléchargent de plus en plus sur leur lecteur.

 

Dernier et remarquable exemple qui atteste du phénomène : l'ascension fulgurante du roman Fifty Shades of Grey d'E.L. James au top 10 des best-sellers online du New York Time (notre actualitté). Qualifié par des critiques de « porno pour mère », cet ouvrage d'un nouveau genre (« érotisme graphique au suspense haletant »), est né sur Internet, par le biais duquel il a été essentiellement vendu, à 250.000 exemplaires au total, en l'espace de quelques mois seulement.  

 

La discrétion, assurée par l'utilisation d'un lecteur ebook semble ainsi avoir libéré de l'étouffement une partie du lectorat fan d'érotisme, auparavant trop timide pour être vue un livre coquin à la main, et en acheter.  

 

 

 

Éditeurs du rose ardents pour le numérique

 

Du côté des maisons d'édition de littérature romantique, les affaires se portent bien depuis l'arrivée du numérique. Mills & Boon, spécialisée dans le genre, a vu ses ventes de livres numériques augmenter ces dernières années, au point de dépasser les versions imprimées. Pour 100 ebooks vendus par mois, 60 le sont en papier.

 

« Les ebooks sont fantastiques pour notre lectorat. L'immédiateté signifie que le lecteur peut lire une belle histoire, puis passer à une autre, sans quitter le confort de leur maison », explique le directeur de Mills & Boon, Tim Cooper. Pratique, n'est-il pas ?

 

Et certains ont déjà repéré le filon : Avon Books, filiale de HarperCollins, vient de lancer Mischief Books, spécialisé dans le secteur du livre érotique numérique.  L'un de leurs premiers numéros est Sisters in Sin de Primula Bond, qui fut refusé par Mills & Boon. Trop cochon.

 

Chacun est libre de choisir l'intensité du rose de sa bibliothèque. En tout cas, dans les pays anglo-saxons, les mœurs semblent se libérer quant à la perception du genre érotique en littérature, et la presse, elle, ne se gêne plus pour en parler.