La littérature étrangère attire les lecteurs britanniques

Nicolas Gary - 25.08.2014

Edition - International - traductions livres - Angleterre éditeurs - libraires succès


Les lecteurs britanniques se prendraient d'affection pour des auteurs traduits, au point de provoquer, dans les rayons de fiction étrangère, un véritable engouement, signale le Guardian. Dans la lignée d'auteurs comme le Scandinave Jo Nesbø, plusieurs romans profitent de l'enthousiasme soudain. 

 

Spanish dictionary pages up into the air

Horia Varlan, CC BY 2.0

 

 

Avec ce retour de vacances, Penguin Classiques s'apprête par exemple, à lancer un recueil de nouvelles traduites de l'arabe Tales of the Marvellous and News of the Strange. Malcolm Lyons s'est lancé dans l'entreprise, et la grande première, puisque depuis 1000 ans qu'elles existent, ces histoires n'avaient jamais été traduites en anglais.

 

Pour Harvill Secker, éditeur grand public focalisé sur la traduction, ce sont des auteurs venus de 18 pays qu'il propose à ses lecteurs – incluant Haruki Murakami ou Jo Nesbø, qui a vendu plus de 23 millions d'exemplaires cette année. L'an prochain, l'éditeur fera paraître le tome 4 (sur six) d'une saga autobiographie écrite par Karl Ove Knausgård. En Norvège ce seul 4e opus a été vendu à 450.000 exemplaires.

 

Selon Liz Foley, directrice de la publication, les traductions sont devenues mainstream, ces derniers temps. Et la concurrence entre les maisons s'est intensifiée par conséquent. Au cours des dernières années, on sait que la rafale Stieg Larsson a beaucoup fait pour populariser la littérature nordique. Actes Sud, en France, a eu un flair tout à fait remarquable dans cette histoire. Avec 75 millions d'exemplaires vendus à travers le monde, les aventures de Mikaël Blomkvist, dans Millenium, ont séduit dans plus de 50 pays.

 

Chez Hesperus Press, c'est le roman comique suédois de Jonas Jonasson qui a fait fureur. Traduit en France par Caroline Berg, et publié aux Presses de la Cité, il n'a pas moins réussi son coup. Et l'adaptation au cinéma ne fait que conforter la réussite. Si outre-Manche, plus de 500.000 exemplaires ont été vendus, on a amplement dépassé les 800.000 exemplaires en France, toutes éditions confondues. 

 

Que ce soient les éditeurs ou les librairies, l'industrie britannique du livre a été littéralement prise de court par les ventes étonnantes de ces auteurs jusqu'à lors inconnus. Et ce, en dépit des succès commerciaux qu'ils avaient pu connaître sur d'autres territoires. Sans parler de ce que Haruki Murakami a déjà pu déclencher lors de la vente nocturne dans les librairies Foyles, ce mois-ci. 

 

Parmi les explications à ces succès, les réseaux sociaux, toujours eux, et leur capacité de recommandation, qui assurent une propagation rapide sur d'autres territoires...