Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La littérature serait-elle parvenue à un point mort ?

Clément Solym - 08.12.2011

Edition - International - litterature - ihara - andersen


Dans un article intitulé « Plus ça change, plus c'est la même chose: Has literature stopped evolving? » publié par Melville House, Nathan Ihara, publiciste pour la même maison, s'interroge sur la vitalité de la littérature contemporaine, en réagissant aux propos du journaliste Kurt Andersen – et d'ailleurs romancier, qui déplore le manque de dynamisme de la littérature d'aujourd'hui, dans un article de Vanity Fair.


Kurt Andersen serait-il atteint du "Syndrome de l'Âge d'Or " ? Syndrome qui consiste à renier le présent et à croire que tout était toujours mieux avant, si bien dépeint par Woody Allen dans Midnight In Paris.

 

Rien, depuis ces vingt dernières années

 

Dans son article publié par Vanity Fair, Kurt Andersen regrette et soutient la thèse qu'il n'y a pas eu de changement radical dans la culture, l'art et la mode ces vingt dernières années, alors qu'un renouveau survient d'habitude tous les 20 ans depuis au moins le XIXe siècle. À débattre, bien entendu.

 

 

À propos de la littérature, ce dernier déroule le fil du temps pour constater qu'au début du XXe siècle, les romans de James Joyce, Virginia Woolf, Ernest Hemingway ou encore F. Scott Fitzgerald donnaient un air de reliques à ceux d'Henry James ou d'Edith Wharton.

 

Puis, les ouvrages de ces derniers firent pâle figure à côté de Catch 22, 20 ans plus tard. Cependant, les romans phares d'il y a 20 ans, soit par exemple, selon l'auteur, Generation X de Doug Coupland, Le Samouraï virtuel de Neal Stephenson et La Flèche tu temps de Martin Amis, ne sont pas du tout défraîchis.

 

Ou encore trop tôt pour le dire ?

 

« Est-ce vrai ? », s'interroge Nathan Ihara., « la littérature est-elle dans un état stationnaire ? ». Elle rappelle que la littérature du XXe siècle s'est ponctuée de mouvements et d'Écoles : la Littérature moderniste des années 20s et 30s, la Beat Generation des années 50s, la Littérature postmoderniste et le Nouveau journalisme des années 60s et 70s, les tendances minimaliste et multiculturelle des années 70s et 80s.

 

Quels seraient donc les derniers développements, l'École ou le mouvement caractérisant la littérature des années 90s ? Est-ce trop tôt pour le dire ?

 

La véritable question pour Nathan est de savoir si cela importe vraiment finalement. De nouveaux courants de pensée, de nouveaux moyens, se réinventer... Signifient-ils forcément une littérature de meilleure qualité ?

 

Qu'en pensez-vous ?