La littérature turque et l'amour : tout un poème

Clément Solym - 27.03.2010

Edition - Les maisons - Salon - livre - littérature


Serdar Ozkan a choisi le Salon du Livre pour présenter La rose retrouvée, une histoire d'amour universelle. D'après lui, l'amour est le thème principal qui influence toute forme artistique. Pourtant, le concept même d'amour n'en reste pas moins abstrait. « Un de mes amis écrivain était curieux de voir quelle définition de l'amour allais-je donner dans ce livre, mais c'est très difficile à définir ». C'est le lecteur qui peut se réjouir de l'absence de recette ou de mode d'emploi de l'amour car de nombreuses productions artistiques naissent grâce à ces difficultés à fixer l'ivresse amoureuse.

Mais Serdar Ozkan se lance courageusement dans une définition : « L'amour est la transformation de 2 en une seule entité. L'aventure de 2 personnes qui se détachent de leur propre moi. » Cependant, le jeune auteur turc distingue bien la passion amoureuse et l'amour.

Il évoque ensuite son second roman, Quand les lumières de la vie s'allument. Il s'agit à nouveau d'une histoire d'amour mais elle lie un homme et un dauphin. Même si Sauvez Willy est déjà passé par là, Serdar Ozkan se présente comme un conteur d'histoires dans lesquelles on trouve des entités anonymes, indépendamment de leur sexe.

Iksender Pala pense que l'amour est multidimensionnel. Mais des théoriciens lui ont attribué un sens différent à travers les âges. Il compare le sentiment amoureux au lierre qui entoure un arbre. Il le magnifie et en donne une vision nouvelle. « Chaque être humain recherche la beauté. L'âme a été créée par l'amour. L'amour est le moteur du beau ».

Après nous avoir cité quelques vers du poète ottoman Mehmed Fuzulî, Iksender Pala déplore le fait que dans notre époque contemporaine nous ne vivions l'amour qu'à un niveau primaire, « un âge cartésien refusant d'écouter nos coeurs » La puissance des sentiments s'érode selon lui aujourd'hui. Ce qui peut nous rendre mélancoliques.

Le fait que l'on puisse voir l'être aimé sur notre téléphone mobile par exemple n'est pas vraiment une chance selon Iksender Pala car l'amour doit rester privé. A notre époque, l'attirance se réduit à un marchandage matériel. Pour M. Pala nous avons troqué la maxime « Je t'aime, j'existe pour toi ? » pour cette nouvelle vision « Je t'aime, qu'est-ce que je peux faire pour toi ? » C'est à cause de ce matérialisme que l'amour redevient primaire.

Iksender Pala donnera pour terminer une belle définition de ce qu'est l'amour. « L'amour est la dernière chose que vous faites avant de vous endormir (si vous y parvenez) et la première chose que vous faites en vous levant ».