La lutte contre les jeux dangereux, une priorité pour Darcos

Clément Solym - 19.06.2009

Edition - Société - jeux - dangereux - enfants


Le ministre de l'Éducation nationale, Xavier Darcos, a rencontré hier matin les représentants des associations APEAS (Association des parents d’enfants accidentés par strangulation) et SOS-Benjamin.

Ces deux associations ont pour but commun de sensibiliser le personnel éducatif, les enfants et les parents d'élèves sur la dangerosité de certains jeux comme le jeu du foulard, le rêve indien, le petit pont massacreur ou le catch.

Xavier Darcos a tout d'abord « tenu à rendre hommage au travail quotidien mené par l’APEAS et SOS-Benjamin pour de meilleures informations de l’ensemble de la communauté éducative ». Il a ensuite annoncé que la lutte contre les jeux dangereux ferait partie des 15 priorités de son ministère dès la rentrée prochaine.

Dans un communiqué, il révèle son plan d'action en trois points. Tout d'abord, « informer les élèves et leurs parents » : Une circulaire rappellera que « le phénomène des jeux dangereux doit faire l’objet d’une vigilance constante », l'attention des recteurs et inspecteurs d'académie sera portée sur « la nécessité de mettre en œuvre une démarche de prévention en direction des parents et personnels, en s’appuyant notamment sur la brochure Jeux dangereux et pratiques violentes : prévenir, intervenir, agir ».

Le deuxième point sera de « former les personnels sociaux et de santé ». Ainsi tous les nouveaux personnels sociaux et de santé « ont été sensibilisés au phénomène des jeux dangereux ». Ceux qui sont déjà en place pourront bénéficier d'un module de formation continue, et un cahier des charges national sera mis au point. Il est actuellement en cours de finalisation.

Enfin, le troisième point et de « s’appuyer sur les associations partenaires ». Ainsi, l’APEAS et SOS-Benjamin ont obtenu « l’agrément d’association nationale complémentaire de l’enseignement public », ce qui facilitera leurs interventions dans les écoles.