La maison d'édition Quercus cherche un repreneur

Julien Helmlinger - 22.01.2014

Edition - Les maisons - Quercus - Editeur - Reprise


Maison d'édition indépendante cherche repreneur, après dix ans d'activité sur le marché du livre britannique. Pour la seconde fois en l'espace d'une semaine, Quercus inquiète ses investisseurs à la City en annonçant la mise en vente de l'entreprise. Une annonce qui fait suite à celle, autre, ayant fait état vendredi dernier d'importantes pertes en 2013. Au fil des dernières années écoulées, la valeur boursière de l'éditeur aurait chuté de plus de 80 %. Son directeur Mark Smith dénonce une concentration des pouvoirs dans l'industrie de la vente au détail.

 

 

 

 

La situation à complication rencontrée par l'éditeur serait symptomatique de la pression qui pèserait actuellement sur les indépendants, pendant qu'Amazon tisse sa toile et que d'autres acteurs comme Penguin - Random House se regroupent pour mieux affronter la loi du marché. La structure peinerait à s'attirer les auteurs comme Sir Alex Ferguson, ceux qui écoulent des centaines de milliers d'exemplaires de leurs livres, et se retrouveraient plus souvent publiés chez un membre du Big Five.

 

Pour le directeur et cofondateur de la maison, Mark Smith, on observerait un phénomène de polarisation du marché, avec davantage de petites et grandes structures, et des difficultés pour celles de dimensions moyennes, entre les deux. Le dernier trimestre 2013 s'est soldé par des ventes numériques décevantes au cours de la période des fêtes, à l'image des résultats globaux sur deux Noël d'affilé.

 

Détenant lui-même environ 14 % des parts de l'entreprise, Mark Smith a précisé que si la direction a estimé que la revente résulte d'un choix pragmatique, les discussions avec les banquiers de chez Barclays se feraient néanmoins à l'amiable. La maison a connu ses hauts comme ses bas, avec un pic en 2010 motivé par le succès de la saga Millénium de Stieg Larsson.

 

Mark Smith pense que la maison conserve ses atouts pour perdurer, en conséquence de quoi la direction compte revendre « la passion et les compétences ».