medias

La Maison de Poésie se retrouve à la rue

Clément Solym - 22.02.2011

Edition - Justice - maison - poésie - rue


Depuis 1928, La Maison de Poésie-Fondation Émile Blémont poursuivait ses activités de promotion de l’art poétique dans l’ancien hôtel particulier d’Emile Blémont (1839-1927) aux côté de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD). Mais toutes les belles histoires ont toujours une fin…

La justice vient d’ordonner le départ de la Maison de Poésie pour que l’ensemble du bâtiment passe entre les mains de la SACD, lequel bâtiment avait été vendu en 1932 par cette même Maison de Poésie à la SACD.


L’objet du litige résidait dans deux interprétations antagonistes d’une phrase contenue dans l’acte de vente : « N’est toutefois pas comprise dans la présente vente et en est au contraire formellement exclue la jouissance ou l’occupation par la Maison de Poésie et par elle seule des locaux où elle est installée actuellement et qui dépendent dudit immeuble ».

Pour la Maison de Poésie, il s’agissait d’un droit d’occupation permanent de l’étage qu’elle utlisait alors. Mais, pour la SACD, il s’agissait d’un simple droit de jouissance qui n’a plus lieu d’être aujourd’hui. C’est cette dernière lecture qui a été retenue par la Cour.

La Maison de Poésie se retrouve donc à la rue et une solution doit être trouvée rapidement afin de préserver la bibliothèque détenue par cette institution. Dans les 30 000 ouvrages possédés, on dénombre, entre autres, des livres précieux ainsi que des manuscrits qui ne le sont pas moins. Une association vient d’être créée afin de construire l’avenir de la Maison de Poésie.