La Maison des écrivains et de la littérature obtient son financement de la Drac

Nicolas Gary - 25.03.2019

Edition - Economie - Maison écrivains littérature - Drac ministère Culture - Mél auteurs rémunération


La Maison des écrivains et de la littérature est finalement sauvée, apprend-on dans un courriel signé de son président, Jean-Yves Masson. Voilà dix jours encore, l’association renvoyait une nouvelle campagne de communication, s’interrogeant sur sa disparition possible. Mais le ministère de la Culture a finalement réagi — et la Drac Île-de-France avec lui.

Franck Riester, ministre de la Culture
Franck Riester, ministre de la Culture - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 
Le salon du livre de Paris allait s’installer Porte de Versailles, et le 11 mars, la Mél lançait un nouvel appel : trois semaines plus tôt, l’association alertait sur ses difficultés économiques. Non seulement les droits d’auteurs, mais également les salaires, « ne pourraient pas être versés pour les actions conduites, faute de la notification de subvention pour l’année 2019 ». 

Sept mois après que le ministère de la Culture validait le changement de tutelle, passant la Mél du Centre national du livre à la Drac IDF, aucune somme n’était encore versée. Et comme ActuaLitté l’avait alors pronostiqué, la rémunération des auteurs n’était pas assurée, « de même ce mois-ci que l’équipe de 11 salariés », indiquait alors l’association.

Seuls les auteurs sollicités dans les actions financées par la Région Île-de-France avaient été payés — une obligation contractuelle, dans le cadre des marchés publics remportés par la Mél.

En effet, deux marchés avaient été remportés, le 6 février 2017 pour le Prix littéraire des lycéens, et le 17 août 2018 pour les Leçons de littérature. Le tout pour un budget de 375.000 € maximum pour ces actions. Selon nos informations, en date du 14 mars, près d’un tiers du montant avait été perçu par la structure, versé par la Région. 

Or, la directrice affirmait à ActuaLitté le 11 mars que si la rémunération des auteurs avait bien été effectuée, la Région n’avait pas encore régularisé les sommes dues, attendu qu’elles étaient « payées après dépenses », nous indiquait Sylvie Gouttebaron. 
 

Le “silence” de la rue de Valois 


Pour l’heure, la Mél est aux réjouissances, soulignant que la mobilisation a été payante. « Alors que j’allais devoir dès ce lundi, à la demande de notre commissaire aux comptes, saisir le Tribunal de Grande Instance pour l’avertir que la MÉL était en cessation de paiements et ne pouvait poursuivre ses activités, le ministère de la Culture est enfin sorti de son silence et a officiellement entériné la décision prise par Françoise Nyssen en juillet 2018 », note Jean-Yves Masson. 
 
La subvention de 500 000 € promise par la précédente locataire de la rue de Valois a donc été attribuée, et un cinquième sera affecté « à notre collaboration avec les autres DRAC pour nous permettre de continuer à intervenir dans toute la France ». 

Promettant pour l’avenir un fonctionnement qui sera plus transparent encore, la Mél tiendra prochainement une conférence de presse, pour détailler ses actions, et répondre aux questions sur sa gouvernance. Et en attendant, écrivains et même non-écrivains sont invités à adhérer à l’association, dans « un geste concret de soutien ».

Le ministère de la Culture, sollicité à plusieurs reprises sur ces questions, n’a pas encore apporté de précisions à nos demandes. 


Commentaires
Je m'interroge...

Comment une association aussi subventionnée peut concourir et a fortiori remporter des marchés publics. A partir du moment où le loyer, les salaires sont déjà couverts par des subventions... le mieux disant financier est assez facile à obtenir !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.