La maladresse de Marlène Schiappa, “un problème pénal [et] déontologique”

Nicolas Gary - 30.05.2018

Edition - Justice - Marlène Schiappa livre - maladresse service public - journalistes Schiappa livres


Le secrétariat d’État à l’égalité femmes-hommes vient de faire son mea culpa. En traînant des pieds comme il se doit. La promotion du livre de Marlène Schiappa n’est qu’une maladresse, voilà tout... Ou presque.

 


© Secrétariat d'Etat en charge de l’égalité des femmes et des hommes

 


Quand l’association Anticor annonce qu’elle saisit le Premier ministre et la Cnil pour un email, on sourit. Problème : cet email envoyé pose quelques questions tant déontologiques que légales. En assurant la promotion du dernier livre de la secrétaire d’État, cette communication s’est adressée aux contacts journalistiques présents dans la base de données du Secrétariat à l'Égalité entre les Femmes et les Hommes. 

 

Or, cet usage privé voir personnel, de l’emailing pose quelques soucis, notamment en regard de l’article 1 d’une circulaire de mai 2017 émanant de Matignon. Édouard Philippe assurait qu’« il convient de limiter l’usage des deniers publics au strict accomplissement de la mission ministérielle en ne tirant pas profit de ses fonctions pour soi-même ou pour ses proches ».

 

Pan sur les doigts pour la Secrétaire d’État, que le président d’Anticor, Jean-Christophe Picard, ne manquait pas d’épingler à double titre. D’abord, en regard de la circulaire susdite, mais également parce que cette dernière ne prévoyait aucune sanction.

 

Le JDD assure, de source gouvernementale, qu’on prend la chose avec un peu de légèreté : « Ce n’est pas l’affaire du siècle », affirme-t-on. Certes non. Cependant, l’usage et les moyens de l’État à des fins personnelles posent « un problème pénal, de “détournement de finalité de fichier”, mais aussi un problème déontologique », assure le président de l’association Anticor à l’AFP.

 

En effet, ce délit reste passible de cinq ans d’emprisonnement et 300.000 € d’amende. 

 

 

 

Si le cabinet de la secrétaire d’État assure qu’il s’agit d’une « maladresse qui ne se reproduira plus », il affirme par ailleurs : « Nous avons juste transféré un mail de la maison d’édition Stock au carnet d’adresses presse de la secrétaire d’État, et ce, afin de prévenir les journalistes qui la suivent et qui souhaitent la rencontrer qu’elle sera présente à cette dédicace publique, un événement financé par Stock et qui n’a donc engagé aucune dépense publique. »

 

Aucune dépense, certes, mais bel et bien le recours aux ressources publiques à des fins privées. Le cabinet entend justifier a posteriori l’histoire : comme les journalistes qui la suivent auraient pu poser des questions sur son action au gouvernement, finalement tout était raccord. 

 

Un peu court, jeune homme, grincerait Cyrano de Bergerac. Et reste encore à savoir si invoquer une maladresse suffira à couper court à cette histoire. 


Commentaires

Je ne vois pas pourquoi les luttes sociales empêcherait celles concernant l’étique et l’honnêteté intellectuelle ! Cordialement
Son livre est tout sauf "une Défense et Illustration des droits des femmes et de l'égalité", c'est une prose insipide, de la com' pure et simple... donc non pour un "pass" cool grin
Ça serait bien par moments de s'occuper sérieusement des problèmes qui fachent comme par exemple le chomage des jeunes (et des moins jeunes), de la santé, de l'éducation et bien entendu...de Trump! Mais, dans ce cas, il semble que l'on fait beaucoup de bruit pour (un) rien! Je me suis du reste souvent demandé pour quelles raisons Mrs. Schiappa est l'objet de féroces polémiques dont le plus souvent elle n'est même pas responsable. Pour ce coup-ci, comme son livre est une Défense et Illustration des droits des femmes et de l'égalité, je crois que ça méritait un "pass"! Å bon entendeur, salut et sans rancune ou rancoeur!

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.