La mission Orsenna débute : ouvrir les bibliothèques, plus et mieux...

Cécile Mazin - 08.09.2017

Edition - Bibliothèques - Erik Orsenna bibliothèques - Françoise Nyssen bibliothèques - ouvertures horaires bibliothèques


Ce 8 septembre, la ministre de la Culture partait avec armes, bagages et Erik Orsenna pour Rennes. Le déplacement allait lancer la grande campagne que l’écrivain s’est vu confier : objectif, convaincre les municipalités d’ouvrir les bibliothèques, plus. Et éventuellement mieux. 



Crédit Ville de Rennes
 

 

La visite débutait avec la présentation de la médiathèque Champs libres de Rennes, en présence de la ministre, mais toujours avec diplomatie. Avec 16.000 établissements sur le territoire, l’aménagement des horaires d’ouvertures, et la création de nouveaux créneaux n’ira pas sans peine. 
 

Françoise Nyssen estime cependant qu’il y a encore beaucoup à faire, attendu par exemple que les établissements parisiens sont ouverts moitié moins de temps que leurs homologues d’Amsterdam ou de Copenhague. Soit. Après tout, la promesse du candidat Macron que d’ouvrir plus, les soirs et les week-ends, n’engageait que ceux qui auront pour mission de déployer ce projet.

 

Un tour de France des convaincus
 

Ainsi que l’avait dévoilé ActuaLitté, c’est avec Noël Corbin, ancien directeur des affaires culturelles de Paris, qu’Erik Orsenna va accomplir son tour de France. Une personnalité malgré tout contestée en regard de son passif vis-à-vis des salariés des bibliothèques parisiennes. 

 

Évidemment, la ministre peut assurer, lors de son passage à la médiathèque rennaise, que personne « ne peut dire que ce n’est pas une bonne idée. Après, il faut voir comment on va le faire avec les gens qui y sont ». Or, non seulement le diable est dans les détails, mais, surtout, cet élan d’ouverture aura un coût que nul ne s’empresse de vouloir couvrir. 

 

« Bien sûr, l’État va accompagner. Là aussi, on va faire une étude, on va voir ce que ça implique comme nécessité, comme moyens selon les lieux, selon les besoins. Ce n’est pas une règle uniforme et unanime pour tous », indique une fois de plus la ministre, à l’AFP.

 

Le montant, estimé dans le rapport de Sylvie Robert, rendu en 2015, impliquait d’augmenter la dotation globale de décentralisation de 80 à 85 millions €. Une recommandation formulée auprès de Fleur Pellerin, alors ministre de la Culture, mais qui fut renvoyée dans les cordes, directement par le ministère. 

 

Françoise Nyssen précise d’ailleurs ne pas démarrer cette campagne pour convaincre, supposant que tous les acteurs sont d’ores et déjà convaincus de la nécessité d’ouvrir plus. Difficile à entendre pour certains, qui préféreraient ouvrir mieux, soit une ouverture qualitative, plutôt que quantitative.  

 

Inerrogé par Le Temps, mi-août, Erik Orsenna notait que sa mission allait consister à trouver des solutions, avant toute chose : « Je vais commencer par aller à la rencontre de celles et ceux qui mettent en pratique de bonnes idées dans le domaine de la promotion de la lecture, partout en France. [...] Je vais aussi convaincre de la nécessité d’élargir les horaires des bibliothèques. Beaucoup de bibliothèques ferment à 18 h et le week-end. Or quand est-ce que les gens peuvent y aller ? Après 18 heures et le week-end. »

 

 

 

D’ici à la fin du mois de décembre, Erik Orsenna et Noël Corbin auront visité 25 villes, de l’Hexagone et de l’outre-Mer, partant à la rencontre des responsables d’établissements, des maires et des associations. Un premier bilan sera opéré autour de la mi-décembre, avant que les grandes discussions ne débutent, l’an prochain.


Des horaires d’ouverture insuffisamment adaptés


Officiellement, le ministère de la Culture a donc donné le top départ de la "mision Orsenna", dans un message limpide : 
 

Erik Orsenna, auquel la ministre a confié cet été une mission d’ambassadeur de la lecture publique - pour laquelle il sera appuyé par un membre de l’inspection générale des affaires culturelles, Noël Corbin - va, jusqu’à la fin de l’année, sillonner la France pour aller à la rencontre de l’ensemble des acteurs qui constituent l’écosystème de la lecture publique : les élus, les professionnels des bibliothèques, les associations socio-culturelles ainsi que des libraires dont le rôle est fondamental sur les territoires.
 

Le souhait de l’Etat est d’étendre les horaires d’ouverture des bibliothèques, notamment le week-end afin qu’elles soient toujours plus accessibles à tous les citoyens, notamment en dehors des horaires de bureau. C’est sur le thème de  l’articulation des horaires des bibliothèques avec les temps de la vie des usagers que se fait ce premier déplacement.
 

Emmanuel Macron : “Quand on oublie de lire, on se trompe”


La France dispose, grâce à l’engagement des collectivités locales, d’un extraordinaire réseau de bibliothèques et de médiathèques, plus de 16 500 équipements, qui maillent le territoire national et jouent un rôle essentiel pour la démocratie culturelle par leur contribution au vivre ensemble et à la lutte contre les inégalités. Lieux de rencontre, de convivialité, de formation, de débat, de revitalisation parfois des centres villes, les bibliothèques peuvent devenir les nouvelles maisons de la culture.
 

40% des Français de 15 ans et plus se sont rendus dans une bibliothèque municipale en 2016 alors qu’ils n’étaient que 25% en 1997. Tel est l’un des enseignements encourageants de l’étude « Publics et usages des bibliothèques municipales » menée récemment par le Ministère de la Culture. Il faut aller plus loin : nombre de nos concitoyens ne peuvent profiter pleinement des bibliothèques du fait d’horaires d’ouverture insuffisamment adaptés à leur rythme de vie. 
 

Françoise Nyssen défend “l’exceptionnelle qualité des traducteurs” français


La mission confiée à Erik Orsenna par Françoise Nyssen dressera un état des lieux de la lecture publique en France. Un rapport sera remis à la ministre de la Culture en fin d’année, présentant un diagnostic sur les atouts du réseau de lecture publique, les attentes et les besoins des élus et des professionnels pour ouvrir plus leurs équipements. 

Dans le même temps, une autre mission, conjointe, des inspections des ministères de l’intérieur et de la culture définira les besoins budgétaires liés à l’extension des horaires des bibliothèques afin de préparer les arbitrages gouvernementaux. L’Etat souhaite en effet s’engager auprès des collectivités territoriales et participer à l’effort nécessaire pour ouvrir grand les bibliothèques de lecture publique.

L’étude « Publics et usages des bibliothèques municipales »