La New York Public Library déménage 1,5 million de ses documents

Orianne Vialo - 19.08.2016

Edition - Bibliothèques - New York Public Library déménagement - New York Public Library livres - livres bibliothèque stockage


En 2013, les projets de rénovation de la New York Public Library (NYPL) — qui englobaient la création de nouveaux services et d’une cafétéria — avaient été vivement critiqués. Si bien que le projet avait été revu : l’établissement avait décidé de relocaliser des millions de travaux de recherche qu’elle entrepose entre ses murs dans un espace de stockage, le Milstein Research Stacks. Enfoui sous le Bryant Park, il peut accueillir jusqu’à 4 millions d’ouvrages — 2,5 millions pour le deuxième sous-sol. 

 

Alex Proimos (CC BY 2.0)

 

 

La New York Public Library possède un fonds de près de 53 millions de documents. Cet été, l’organisme a décidé de déplacer 1,5 million de livres au deuxième sous-sol de son espace de stockage situé sous le Bryant Park — créé dès avril 2015 —, le premier sous-sol étant déjà occupé par des collections entreposées là il y a déjà 25 ans. Ici, la bibliothèque stocke principalement des ouvrages rédigés en anglais et publiés au cours des 30 dernières années, même si quelques livres des années 1980 et 1990 y sont aussi stockés. 

 

Comme indiqué sur le site Atlas Obscura, déplacer autant de documents demandait des moyens importants et particuliers. Ainsi, plusieurs fois par semaine, un poids lourd faisait l’aller-retour entre la bibliothèque située sur la Cinquième Avenue à Manhattan à l’espace de stockage situé dans le sous-sol de Bryant Park — un jardin situé non loin de la New York Public Library.

 

Entre le moment où un livre quitte la New York Central Library et le moment où il est stocké dans les sous-sols de Bryant Park, il faut compter environ cinq jours de délais. Jusqu’à présent, seuls 250.000 ouvrages ont été déplacés. Il faut encore répéter la même opération pour 1,25 million d’ouvrages.  

 

Les lieux sont si étendus qu’il est facile de s’y perdre. Mises bout à bout, les étagères mesurent 135 kilomètres, et peuvent accueillir quelque 2,5 millions de travaux de recherche. Dans les annexes de la New York Public Library, le système décimal Dewey n’est pas utilisé. Les livres sont rangés en fonction de leur taille et sont marqués d’un code-barre qui permet de les retrouver, et de distinguer un compte-rendu d’un autre. 

 

Ces ouvrages, dont la plupart ne peuvent pas quitter l’enceinte du bâtiment, ne sont accessibles que par une unique porte dont l’accès n’est autorisé qu’à une dizaine de personnes. Le directeur de la bibliothèque, Johannes Neuer, explique ces mesures quelque peu extrêmes ont été mises en place pour garder la collection en sécurité. La raison de ces restrictions strictes : il faut être formé au système de rangement et de classement des livres du sous-sol, sans quoi il est facile de s’y perdre.

 

Il faut tout d’abord scanner le code-barre du livre, puis celui de l’étagère et enfin le code-barre de l’allée dans laquelle se trouve l’ouvrage. « Si quelqu’un [d’étranger au service, NdR] changeait un livre de place, nous ne pourrions plus le retrouver. Nous ne voulons pas nous retrouver dans une situation où nous perdons la trace physique des livres » précise Johannes Neuer.