La nouvelle mesure d'une bibliothèque de Montréal jugée "discriminatoire"

Camille Cado - 21.02.2019

Edition - International - profilage social bibliothèque - polémique bibliothèque MCC - discrimination entrée bibliothèque


La bibliothèque de la Maison culturelle et communautaire de Montréal Nord a mis en place une nouvelle politique. Les jeunes de 12 à 17 ans sont maintenant dans l'obligation de présenter une carte étudiante ou de bibliothèque pour être autorisé à entrer. Une mesure jugée « discriminatoire » pour les adolescents. Un code de conduite a aussi été instauré, uniquement à destination des jeunes. 

Maison culturelle et communautaire de Montréal-Nord, Antoine Letarte/Simon Villeneuve CC BY SA 3.0

Depuis novembre dernier, la bibliothèque de la Maison culturelle et communautaire de Montréal Nord (MCC) a adopté des mesures uniquement destinées aux adolescents. D'abord un « code de conduite » puis l'obligation de présenter une carte étudiante ou de bibliothèque pour entrer. Une initiative qui ne fait pas carton plein puisque la MCC est accusée de faire preuve de « profilage social ». 

Dans la Charte des droits et libertés de la personne du Québec, le profilage social  « désigne toute action prise par une ou des personnes en situation d'autorité à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes, pour des raisons de sûreté, de sécurité ou de protection du public, qui repose [sur la condition sociale, réelle ou présumée], sans motif réel ou soupçon raisonnable, et qui a pour effet d'exposer la personne à un examen ou un traitement différent. »

« Ça n’a pas de sens », estime Antony, étudiant et habitué de la bibliothèque. « Avant, on pouvait circuler et rentrer librement dans la bibliothèque. Maintenant, on nous demande systématiquement notre carte de bibliothèque ou d’école à l’entrée. »

Un sentiment que partage la conseillère d’arrondissement Renée Chantal-Belinga : « Je suis très mal à l’aise avec cette situation que j’ai moi-même pu constater lorsque je suis allé à la bibliothèque. Nous sommes dans un arrondissement où nous prônons la persévérance scolaire, l’inclusion et l’accès à la culture, et dans le même temps, nous mettons en place cette nouvelle règle. C’est paradoxal. »

Pour Will Prosper, co-fondateur de Montréal-Nord Républik et du Forum social Hoodstock, ce ne serait pas tant la mesure qui serait au coeur du problème, mais plutôt le message qu’elle renverrait.
 
« À Montréal-Nord, nous avons les bibliothèques les plus achalandées de l’île », avance-t-il. « Nous devrions célébrer cela et en être fiers, mais au lieu de ça, on préfère une nouvelle fois pointer du doigt nos jeunes en leur disant : on vous a à l’oeil, vous faites trop de bruit. »

La nouvelle politique de la bibliothèque, située à proximité de cinq établissements scolaires, a été assez mal accueillie sur les réseaux sociaux. Jugée de faire une « politique de sélection déloyale » ou encore « le tri à l'entrée ». 

« C'est un lieu public et tout le monde devrait y avoir accès… » peut-on lire sur Facebook

Si la carte de bibliothèque est gratuite pour les jeunes, ils doivent présenter une pièce d’identité ainsi qu’une preuve de résidence du parent ou du tuteur. Des conditions obligatoires maintenant pour entrer dans le bâtiment. 

« Et pour les jeunes dont les parents n'ont pas le temps de se déplacer pour leur faire une carte, ou ceux qui ne peuvent pas rentrer à la maison après l'école, car ça aussi il y en a dans le quartier. On dit quoi, tant pis pour eux si leurs parents ne se déplacent pas? » lit-on encore. 
 

Une mesure de sécurité


« Depuis plusieurs mois notre fréquentation augmente, particulièrement à l’heure du dîner », souligne Marie Désilets, Chef de division bibliothèques à Montréal-Nord. « Le climat s’est particulièrement détérioré, avec notamment beaucoup de bruit et un sentiment d’insécurité grandissant pour les usagers et les membres du personnel. Cette mesure, c’était avant tout pour ramener de l’apaisement au sein de l’établissement. »

« [Cette mesure] nous permet d’identifier le jeune, pour apprendre à le mieux le connaître et lui parler, mais également à pouvoir cerner les personnes qui ne respectent pas le code de conduite » ajoute la chef de division Bibliothèques. 
En plus du code de conduite mis en place, un intervenant jeunesse a aussi été recruté, endossant le rôle de médiateur. Il a pour mission de dialoguer avec les jeunes et ainsi éviter les conflits. 

« Depuis l’arrivée de l’intervenant, il y a beaucoup moins d’incivilités, car il a une approche différente avec les jeunes, il connaît leur nom, il parle avec eux, il les conseille. » affirme Ousseynou Ndiaye, directeur d'Un Itinéraire pour Tous, organisme logé au sein de la bibliothèque de la MCC « Avant cela, il y avait un agent de sécurité et ça se passait plutôt mal avec les jeunes, il y avait souvent des altercations ».

Via Métro


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.