La nouvelle New York Public Library ne séduit pas

Xavier S. Thomann - 31.01.2013

Edition - Bibliothèques - New York Public Library - Rénovation - Norman Foster


La New York Public Library est l'un des bâtiments phares de la ville, que ce soit aux yeux des habitants eux-mêmes ou des touristes. La vénérable instutition doit être rénovée sous la direction de l'architecte britannique Norman Foster qui jouit d'une excellente réputation, entièrement justifiée au regard de ses précédentes réalisations. Pourtant, l'un des grands critiques d'architecture n'est pas convaincu, loin de là. 

 

New York City, Midtown Manhattan, New York Public Library NYPL, Stephen A. Schwarzman Building, 1897-1911. 5th Avenue

(vincent desjardins), CC BY 2.0

 

 

Pour une fois que le mot bibliothèque est synonyme d'investissement et non de fermeture, on pourrait se dire que c'est déjà pas si mal en ces temps difficiles pour la culture. Le projet de rénovation a obtenu l'aval des autorités, à une grande majorité apparemment. 

 

Pourtant, les habitants et les usagers ne sont pas convaincus par ce projet qui aura mis quatre à voir le jour, sans parler du coût évoqué, 300 millions de dollars tout de même. Un projet ambitieux qui ne trouve pas non plus grâce aux yeux de Micheal Kimmelman, qui a dit tout le bien qu'il en pensait dans le New York Times. 

 

« I'm not buying it » a-t-il lâché, ce qui signifie en gros qu'il n'y croit pas. Avant de poursuivre : « La valeur d'une institution ne se mesure pas au nombre de mètres carrés occupés, mais une mauvaise architecture peut lui faire perdre de sa valeur. » Il va même jusqu'à dire que les plans de Norman Foster ne « sont pas dignes de lui. » Il estime qu'après quatre années de préparation, le résultat n'est tout simplement pas à la hauteur. 

 

Autant dire qu'il n'a pas sa langue dans sa poche, et rejoint l'avis d'un autre critique, Ada Louise, qui avait lui aussi marqué son scepticisme dans un article du Wall Street Journal

 

En définitive, cette critique ne devrait pas avoir de véritable impact sur les personnes en charge de prendre les décisions. Kimmelman a surtout appelé les responsables à faire preuve de « patience et de courage. » Autrement dit, ne pas faire d'erreurs qu'ils pourraient regretter par la suite. 

 

Au demeurant quand on voit les images présentant la nouvelle version de la librairie, on peut facilement relativiser les propos du critique.