La part numérique du marché du livre reste minime en Allemagne

Julien Helmlinger - 02.03.2015

Edition - Economie - Allemagne édition - Ebooks - livre numérique - Tolino Bastei Lübbe


Selon le groupe GfK, l'ebookstore allemand Tolino aurait dépassé Amazon en termes de parts de marché au troisième trimestre 2014. Cependant, et tout particulièrement sur le sol germanique, des éditeurs estiment que le géant américain vendrait toujours 3 fois plus d'ebooks que son concurrent. Le consensus voudrait qu'Amazon détienne entre 50 et 60 % du marché, contre 15 à 20 % pour Tolino et 10 % pour Apple. Ronald Schild, PDG de MVB, filiale économique de la Börsenverein, a livré son éclairage à Publishing Perspectives.

 

 

Ronald Schild, PDG de MVB, filiale économique du Börsenverein (photo : Börsenverein)

 

 

Comme aux États-Unis, la croissance des ventes de livres numériques ralentit en Allemagne et la part de marché du dématérialisé n'est pas aussi importante que ce qu'annonçaient les prévisions. Ronald Schild estime toutefois que sur le long terme, la part de marché de l'ebook va continuer de progresser jusqu'à ce que le format numérique devienne prédominant dans le secteur de l'édition. L'un des premiers signes annonciateurs de cette tendance résiderait dans l'importante croissance de l'autopublication.

 

Le PDG de la filiale MVB rappelle que la part de numérique sur l'ensemble du marché du livre allemand reste à un seul chiffre, affichant une croissance beaucoup plus lente que prévu. Le tableau serait globalement mitigé, avec des éditeurs majeurs évoquant une part de 15 à 20 % d'ebooks, avec parfois une part dématérialisée plus importante pour ce qui concerne la backlist. Le commerce d'imprimés serait plus ou moins stable en Allemagne, l'ebook se substituant parfois au format de poche.

 

Outre-Rhin, le consortium Tolino, développé par Deutschen Telekom autour d'une alliance de libraires allemands (Thalia, Weltbild, Hugendubel, Club Bertelsmann, Libri) s'ouvrirait de plus en plus à l'édition indépendante. Pour Ronald Schild, l'enjeu du moment ne serait pas tant un choix d'appareils de lecture numérique, mais plutôt un choix d'écosystèmes, ces derniers ne devant pas être trop nombreux selon lui.

 

Distributeurs et éditeurs face à de nouveaux défis

 

L'investissement dans l'infrastructure étant très conséquent, il serait important de rapidement capitaliser les investissements à l'international. Tolino aura donc misé sur la Pologne, la Hollande et l'Italie, afin de couvrir le plus de territoire possible. De son point de vue, le PDG de MVB voit deux grands défis auxquels doit faire face le consortium : la transition des habitudes de lecture depuis les ereaders vers les tablettes, et l'adoption de la lecture contre souscription contre laquelle Tolino aurait du mal à rivaliser.

 

Certains éditeurs tâtent ce nouveau terrain des services de lecture contre abonnement, quand d'autres demeurent réticents. Le business model a de quoi inquiéter, en raison notamment de sa capacité très limitée à générer des revenus, mais aussi de la crainte de ce que pourrait impliquer la prédominance de ce modèle pour les maisons d'édition.

 

Néanmoins, la semaine dernière, l'éditeur Bastei Lübbe a annoncé la mise en place d'une offre de lecture illimitée par abonnement dès 2016, sur l'ebookstore Beam qu'il a acheté en septembre dernier. L'éditeur proposera une formule gratuite, avec affichage de publicités, et une formule payante, sans pub, à 5 € par mois. Le catalogue complet n'est bien sûr pas encore dévoilé, mais il contiendrait les productions de Bastei Lübbe, y compris les livres audio, ainsi que celle d'un autre éditeur, non révélé.

 

Des ouvrages de l'éditeur sont déjà disponibles via Skoobe et Kindle Unlimited, deux services de lecture par abonnement à 10 € par mois. Reste à voir si ces offres resteront en place avec le lancement d'un service maison, mais les éditeurs allemands semblent en tout cas intéressés par le modèle. Bastei Lübbe espère ainsi réunir 24 millions d'utilisateurs dans le monde, et tirer 400 millions € de cette nouvelle offre d'ici 2020. (via Handelsblatt) Les offres maison, et donc les écosystèmes, pourraient se multiplier, malgré les craintes de Ronald Schild.

 

Ronald Schild travaille également sur les métadonnées. Il estime que face à un nombre toujours croissant de publications numériques au catalogue, il devient difficile pour les auteurs de trouver leur lectorat, à moins de figurer en haut des listes de best-sellers. Il s'agit donc pour lui de trouver de nouveaux moyens de promouvoir les livres et les rendre visibles en ligne, mais également d'affiner les moteurs de recherche, notamment grâce à la recherche sémantique.