La plainte pour plagiat contre Stephenie Meyer aux oubliettes

Clément Solym - 04.12.2009

Edition - Justice - plainte - plagiat - Stephenie


Si dès les premiers temps de cette plainte, l'agent littéraire de Stephenie Meyer nous avait expliqué y lire un coup de publicité plus qu'une affaire sérieuse, elle aura durant quatre mois tenu en respect la suite des événements... Les livres de Stephenie « ont été un phénomène sensationnel et peut-être ne serait-il pas étonnant d'entendre que des personnes souhaitent profiter de cet engouement. Cette plainte est frivole et toute poursuite judiciaire sera vigoureusement défendue ».

Rappel des faits (brièvement...) : Jordan Scott a une vingtaine d'années, elle a publié sur son site et en impression à la demande The Nocturne, livre se déroulant au Moyen-Age, en 2006. Et selon elle, Breaking Dawn, le dernier livre de Meyer n'était qu'un vaste plagiat de son aventure, non pas pour l'histoire, mais dans les événements et les protagonistes utilisés.

Reste qu'hier, le juge de district Otis D. Wright, en charge d'examiner la plainte et donner potentiellement suite à cette affaire a en effet tranché... et renvoyé Jordan à ses études de scénariste. Il a décidé que les deux romans « ne présentent pas de similitudes au regard de la loi » et a accusé Jordan d'avoir « rapporté des allégations sur de trompeuses ressemblances ». Les points dénoncés par Jordan étaient les suivants :
  • Une scène de sexe après un mariage
  • Une scène où le personnage principal meurt
  • Une scène où une femme est enceinte d'une créature démoniaque dotée de pouvoirs maléfiques
Le juge a même relevé que la plaignante aurait simplement manipulé les thèmes et sujets des deux ouvrages pour y découvrir une forme de plagiat tout à fait inexistante. Une plainte rejetée donc, car jugée sans fondement. Jordan n'a pour le moment pas écopé d'amende pour s'être offert une telle publicité dans les tribunaux...