On ne danse pas la samba dans l'industrie brésilienne du livre

Clément Solym - 04.06.2015

Edition - Economie - Brésil industrie culturele - livre édition ventes - recul marché


Entre 2013 et 2014, les ventes de livres ont chuté de 5,16 % soit le plus mauvais résultat enregistré depuis dix ans, assure l’étude du Sindicato Nacional de Editores de Livros. Pour retrouver des chiffres aussi peu rassurants, il faut remonter à 2004, première année de mesure des données dans le pays. 

 

Juca Ferreira (Ministre de la Culture du Brésil) et Fleur Pellerin - Salon du Livre de Paris 2015

Juca Ferreira, ministre de la Culture du Brésil - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Avec 5,400 milliards de réaux de chiffre d’affaires, ce sont 733 éditeurs qui ont été consultés dans le cadre de l’étude présentée (1,529 milliard €). Après la grande stagnation constatée durant l’année 2013, en regard de 2012, les chiffres semblent indiquer que l’industrie du livre entre dans une phase de récession.

 

« Les mauvaises nouvelles dans le monde économique affectent maintenant la consommation de livres. Nous avons traversé dix années de stabilité et, désormais, nous allons ressentir les effets de la crise. Nous pouvons affirmer que le pays est confronté à une récession, parce que nous savons que 2015 sera encore plus difficile », a reconnu le président du SNEL, Marcos Pereira, auprès de l’agence EFE.

 

Cette baisse s’explique cependant, du fait que le gouvernement, premier acheteur de livres, a diminué ses investissements. En effet, le programme visant à fournir des livres gratuitement dans les écoles – ouvrages scolaires – a vu son enveloppe diminuer. 

 

« Le marché du livre au Brésil enregistre une intervention de l’État la plus grande au monde. En 2013, elle avait atteint 28 %, pour tomber à 23 % en 2014. Comme les éditeurs savent que le gouvernement est un client important, ils font de nombreux efforts pour répondre à ses demandes. Lorsqu’elle cesse d’exister, ils rencontrent un problème », assure-t-il.

 

En terme de volumes, les ventes aux clients lambda ont diminué de 0,81 %, tandis que les achats opérés par le gouvernement sont tombés de 9,23 %. « Il y a des chances que les ventes au gouvernement soient encore réduites cette année, en raison de l’ajustement budgétaire », redoute le président du SNEL. Dans le même temps, le prix moyen du livre brésilien a augmenté : de 13,89 réaux en 2013, il est passé à 15,03 réaux en 2014.

 

Et pourtant, la production d’ouvrages n’a pas démérité : de 467,8 millions d’exemplaires, à 501,3 millions en 2014. Cependant, le nombre de nouveautés a diminué, avec un recul de 8,54 % à 19.285 ouvrages, par rapport à 2013. Le tirage moyen a cependant augmenté de 9,3 % pour les livres. 

 

Quant au livre numérique, ce dernier poursuit sa modeste croissance : 3,8 millions de réaux en 2012, puis 12,7 millions en 2013 et 16,7 millions en 2014. Avec 1195 éditeurs qui distribuent des livres numériques, l’ebook ne pèse encore que 0,3 % du chiffre d’affaires. Le pays dispose d’un catalogue de 35.000 titres numériques en catalogue.

 

D’ailleurs, les librairies sont les principaux points d’approvisionnement, avec 60 % des ventes opérées, puis la grande distribution, avec 21,1 % et le porte-à-porte à 5,38 %. Les églises représentent malgré tout 1,43 % des ventes.

 

 

 


Pour approfondir

Editeur : Plon
Genre : histoire autres...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782259209250

Dictionnaire amoureux du Brésil

de Gilles Lapouge

Je connais le Brésil depuis soixante ans, jour pour jour. Il m'a toujours étonné et surpris, parfois énervé, sans me décevoir jamais. Ce dictionnaire voudrait donner à voir ses forêts du début des choses, ses eldorados, les déserts écorchés du Nordeste, la douceur de ses habitants et leurs cruautés, la volupté de Rio, de Brasilia, de Sao Luis, les fêtes et les sambas, les fascinants poissons de l'Amazone, l'aventure du caoutchouc, du café et de ce bois écarlate qu'on appelle " le bois brésil ". Comme je fréquente ce pays régulièrement, je l'ai peint avec mes souvenirs. Je montre ses images. Je me rappelle ses odeurs et ses orages. Parallèlement, je parcours son histoire dont nous ne connaissons en Europe que des bribes, et qui fut brutale et fastueuse. Je parle également du Brésil d'aujourd'hui, partagé entre l'horreur des favelas et l'impatience d'un peuple qui, pour la première fois peut-être, sait qu'il est en charge de son propre avenir. C'est cela, être amoureux d'un pays. G.L Gilles Lapouge est journaliste au quotidien O Estado de Sao Paulo. Parmi ses livres, on peut citer Equinoxiales, qui relate un voyage solitaire dans le Nordeste brésilien, la Mission des frontières, une épopée baroque située dans la jungle amazonienne au XVIIe siècle, mais aussi Les Pirates, Le bruit de la neige. Parmi des titres plus récents, on peut citer L'encre du voyageur (prix femina de l'essai) et La Légende de la géographie

J'achète ce livre grand format à 26.50 €

J'achète ce livre numérique à 16.99 €