Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

La plus grande collection féministe rouvre ses portes à Londres

Antoine Oury - 10.03.2014

Edition - Bibliothèques - Women's Library - London School of Economics - bibliothèque


Les militants et activistes sont à la fête : la Women's Library retrouve ses quartiers au sein de la London School of Economics (LSE), et c'est tout un symbole. Cette collection de documents, photos, magazines, bannières et tracts revendicatifs relatifs à l'histoire des femmes, unique en Europe, rouvre ses portes cette semaine, après un siècle de précarité.

 

 

Lse library

La bibliothèque de la London School of Economics (Mark Hillary, CC BY 2.0)

 

 

La nouvelle paraît bonne à tous ceux qui s'inquiètent du recul des droits des femmes dans le monde, et particulièrement en Europe, suite aux effets de la crise économique. Tous espèrent désormais que la London School of Economics se tiendra à ses engagements, et acceptera d'abriter la collection sur le long terme. 

 

Il y a encore deux ans, les documents étaient abrités dans une ancienne laverie (!) située dans le quartier East End de Londres, avant de se retrouver à la rue quand la London Metropolitan University s'est déclarée incapable de fournir les fonds nécessaires. La Women's Library aura désormais droit au quatrième étage de la bibliothèque de la LSE, et la directrice de la structure, Elizabeth Chapman, a assuré vouloir « mettre la collection à la disposition du plus grand nombre ».

 

Les activistes restent toutefois suspicieux sur l'usage et la visibilité dont profitera la Women's Library. Son entrée dans les murs de la LSE semble pour certains faire suite à une pétition signée par plus de 12.000 personnes, et l'accueil ressemblerait donc à « une abdication » de la LSE, pour certains.

 

Laura Schwartz, professeure d'histoire moderne dans la ville de Warwick, fait partie de ceux qui espèrent que l'héritage de la bibliothèque sera préservé : « Cela dépend de la LSE, si elle partage les travaux avec les établissements locaux et les groupes de défense des droits des femmes, et si elle protège l'identité indépendante de la Women's Library comme espace féministe, ouvert à quiconque souhaite découvrir le passé, le présent et le futur de ce combat pour la libération. »

 

Cela semble plutôt bien parti, puisque la bibliothèque universitaire de la LSE prend le parti d'ouvrir ses collections au grand public. La bibliothèque, créée à la fin du XIXe siècle, a successivement été abritée dans un ancien pub, puis l'école polytechnique de Londres. La laverie réhabilitée devait originellement devenir sa résidence permanente, dès 2002, mais la proposition n'a pas fait long feu...

 

(via The Guardian)