Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

La poétesse Elizabeth Barrett Browning en mode Doodle

Antoine Oury - 06.03.2014

Edition - International - Elizabeth Barrett Browning - poétesse - doodle


Le moteur de recherche a essuyé des accusations de racisme et de sexisme suite à un examen de la place qu'il accorde aux représentants autres que les hommes blancs pour ses doodle, dessins affichés de manière temporaire sur sa page d'accueil. Il semble toutefois résolu à rectifier le tir, et accorde aujourd'hui cette place à Elizabeth Barrett Browning, une poétesse de l'époque victorienne.

 Comme de coutume, le doodle célèbre un anniversaire : le 208e, en l'occurrence, de la naissance d'Elizabeth Barrett Browning, poétesse de l'époque victorienne. Née en 1806 dans le comté de Durham, morte en 1861 à Florence, elle fut l'une des auteures les plus célébrées de son temps. Frappée par la paralysie à la fin de son adolescence, la jeune femme vit recluse, et se consacre à son art.

 

Dès 1844, les poèmes publiés par Elizabeth Barrett font le tour royaume, et attirent l'attention du poète Robert Browning, qui prend la plume pour lui exprimer toute son admiration par correspondance. Se développe alors une relation épistolaire qui se changera en histoire d'amour, scellée le 12 septembre 1846 par un mariage clandestin.

 

Huit jours plus tard, les deux amants partent pour l'Italie, et s'installent dans le pays jusqu'au décès de la poétesse, en 1861. La ville de Florence a été particulièrement touchée par son décès, si bien qu'une plaque est rapidement apposée sur sa maison, saluant « sa poésie [qui] avait créé un anneau d'or entre l'Italie et l'Angleterre ».

 

Elizabeth Barrett Browning a laissé une bibliographie imposante, qui compte notamment Les Sonnets PortugaisLes poèmes d'Elizabeth Barrett Browning ou Napoléon III en Italie et autres poèmes. Edgar Allan Poe et Emily Dickinson citaient la poétesse parmi leurs principales inspirations.

 

(via The Guardian)