La première police d'écriture du monde

Antoine Oury - 14.07.2016

Edition - Société - police d'écriture - première police d'écriture - police typographie histoire


Les polices d'écriture sont nées en même temps que l'imprimerie à caractères mobiles de Johannes Gutenberg vers 1450, qui permettait ainsi de réaliser des exemplaires imprimés en série d'ouvrages. Extrêmement coûteuses à l'époque, les polices d'écriture font aujourd'hui partie du domaine du commun, entre les ordinateurs et les smartphones. Si bien qu'on en oublie les origines, et la première police du monde...

 

Matrice originales du Romain de l'Université de Jean Jannon

Matrices originales du Romain de l'Université de Jean Jannon

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Le concept de police reste intimement lié à l'aspect industriel de l'impression ou de l'écriture : c'est la coordination et la cohérence des différentes lettres, au sein d'une police (même si certaines donnent un sentiment de désordre) qui permet de la définir comme telle. Pour cette raison, on qualifiera difficilement une écriture manuscrite de police, même si certaines lettres y sont constantes — en somme, on ne confondera pas typographie et calligraphie.

 

Trajan's Column

(Filip Maljković, CC BY-SA 2.0)

 

 

Le premier exemple de police de caractères remarquable se trouve au sommet et à la base de la Colonne Trajane, avec notamment cette dédicace : « Le sénat et le peuple romain, à l’empereur César Nerva Trajan, fils du divin Nerva Auguste, germanique, dacique, grand pontife, en sa dix-septième puissance tribunitienne, salué imperator pour la sixième fois, consul pour la sixième fois, père de la patrie, pour faire savoir de quelle profondeur la colline et l'endroit ont été creusés par de si grands travaux. » (via Wikipedia)

 

Cette dédicace gravée utilise la capitale latine monumentale, et cette police à empattements solennelle a emprunté son nom à la colonne et à l'empereur dont elle célèbre la grandeur. D'autres polices existaient dans l'Antiquité, y compris sans empattements, mais elle reste la plus célèbre, et la plus utilisée.

 

Cela dit, il reste difficile de la qualifier de première police de l'histoire, étant donné que sa réalisation et la qualité de sa gravure dépendaient essentiellement... du graveur.

 

Les deux premiers concepteurs de caractères typographiques ne feront leur apparition que bien plus tard, dans les années 1450, avec un nom plus célèbre que l'autre : Johannes Gutenberg et Peter Schöffer. Ce dernier, né un quart de siècle après Gutenberg, le rejoignit à Mayence pour participer à ses expériences d'impression vers 1452, alors qu'il était déjà un typographe réputé.

 

Pas mal de décennies après l'impression de leurs Bibles en série, la police de caractères de Gutenberg et Schöffer se retrouvera nommée, puis numérisée : il s'agit de Textura, que l'on peut légitimement considérée comme la première police du monde.

 

 

Un seul coup d'œil suffit pour constater qu'elle n'est pas très pratique à lire, et pour cause : Gutenberg et Schöffer, révolutionnaires, n'en avaient pas moins des égards pour leurs lecteurs, habitués à l'écriture manuscrite des moines copistes. L'objectif, avec Textura, était donc de s'en rapprocher.

 

Rapidement, les frères Giovanni et Vendelino da Spira, immigrés d'Allemagne en Italie, créeront en 1460 la première police de caractères moderne avec les caractères vénitiens, bien plus lisibles que les caractères gothiques des moines copistes. Cette transition du gothique à l'alphabet romain connaîtra son point d'orgue quelques années plus tard avec la police Garamond, du nom de leur graveur Claude Garamont, créée à la demande de François Ier.

 

Toutes ces polices sont à empattements, et, s'il existait des polices sans empattements dans l'Antiquité, la première police de caractères sans empattements semble remonter à 1816 avec Caslon Egyptian, créée par William Caslon IV, un des plus célèbres fondeurs de caractères anglais.

 

 

Pour en savoir plus sur l'histoire de la typographie et des polices d'écriture, mais aussi sur leurs créateurs, Sales Caractères, de Simon Garfield, publié en 2012 par les éditions du Seuil dans une traduction de Laurent Bury, est un excellent point de départ.


Pour approfondir

Editeur : Seuil
Genre : ...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782021038651

Sales caractères ! petite histoire de la typographie

de Simon Garfield (Auteur)

Times New Roman, Garamond, Arial, Courier, Verdana, etc. La fréquentation quotidienne de l'ordinateur a popularisé le nom et l'usage des polices de caractères. Mais que savons-nous de ces fameuses " fontes " comme les appelaient autrefois les imprimeurs ? Rien ou pas grand-chose...Dans ce livre, Simon Garfield entreprend de nous raconter l'histoire de quelques-unes des 100 000 polices de caractères créées depuis l'invention de l'imprimerie par Gutenberg. Car derrière chacune d'entre elles se cache un destin, drôle et

J'achète ce livre grand format à 25.40 €