La présence de pompiers sur le site Richelieu BnF “n'est plus exigible”

Victor De Sepausy - 17.10.2019

Edition - Bibliothèques - sapeurs pompiers paris - BnF Richelieu Quadrilatère - sécurité incendie Richelieu


Les Jeux olympiques n’auront pas raison de la sécurité du site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France. C’est en substance le message du ministère de la Culture, interrogé voilà quelques mois. Si les pompiers qui en assuraient la surveillance seront moins nombreux, qu’on se rassure : les trésors resteront sous bonne garde.

Camion à Pompiers à Paris
(photo d'illustration, Bobby Hidy, CC BY SA 2.0)
 

En avril dernier, la question de la sécurité de Richelieu se posait ouvertement : en effet, après le départ d’incendie d’août 2013, la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris avait été diligentée. Or, en 2018, ces derniers demandaient à être dégagés de leur implication dans la surveillance du site, étant face à des conditions de travail surchargées.

Un manque d’effectif, et des besoins qui se manifestaient à l’approche des Jeux olympiques, autant de raison pour laisser Richelieu vivre sa vie.

La députée Marielle de Sarnez (Démocrate, Paris), avait alors interpellé la rue de Valois sur le devenir du lieu, qui ne comptait plus que deux pompiers jusqu’à la fin des travaux de rénovation — à échéance 2020. Car par la suite, c’est une société privée qui devra prendre en charge la sécurité, avec des coûts et des garanties encore flous. 
 

Un site “achevé”


Franck Riester rappelle que la BSPP est véritablement débordée — avec plus de 520.000 interventions en 2018. À cela, s’ajoutent plusieurs « enjeux majeurs », que sont « sont l’évolution de la plate-forme aéroportuaire de Paris–Charles-de-Gaulle, les projets du Grand Paris ou l’organisation des Jeux olympiques de 2024 ».

La BSPP avait donc fait savoir qu’elle souhaitait redéployer le détachement en poste à Richelieu. Le ministre de la Culture souligne cependant que « son retrait n’interviendra qu’à l’issue du chantier de rénovation afin d’assurer la sécurité maximale de l’immeuble et des collections durant cette période où les risques de sinistre sont les plus importants ». 

Cependant, le site est aujourd’hui « achevé et doté d’un dispositif de sécurité optimal ». Ainsi, il n’existe ni d’un point de vue réglementaire ni technique, que l’on engage la présence de sapeurs-pompiers. Par ailleurs, la BSPP accompagnera la transition : elle s’est engagée auprès de la BnF, pour mettre en place « son schéma d’organisation générale de sécurité, en liaison avec le prestataire que la BnF aura choisi avant le départ des sapeurs pompiers ».

Il y aura bien une entreprise privée d’engagée, donc, mais la rue de Valois assure qu’elle garde un œil sur cette transition, et n’abandonnera pas le Quadrilatère. Quant à savoir si la société privée est une bonne chose, on se garde bien d’en parler…


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.