La presse ne suffira pas à faire vendre des lecteurs ebook

Clément Solym - 01.02.2010

Edition - Société - presse - suffire - vendre


L'University of Georgia vient de faire paraître une étude qui aura duré six mois et concernant tout à la fois la relation des utilisateurs avec leur Kindle, mais également leur regard sur le contenu proposé. La conclusion est simple : les lecteurs ebook ne sont pas susceptibles de gagner des usagers, même s’ils incluent des outils comme la couleur, les photos ou les écrans tactiles.

Parce que d'un côté, on constate un retour aux magazines et d'autre part les jeunes adultes préfèrent leur smartphone, comme l'iPhone ou le BlackBerry.

Dean Krugman et Tom Reichert, professeurs de publicité et Barry Hollander, agrégé de journalisme sont à l'origine de cette étude. Ils se sont basés sur un fait simple : proposer le magazine Atlanta à plusieurs personnes, qui y accédaient via un eReader. De là, il fallait simplement analyser les J'aime, J'aime pas. De fait, le quotidien a connu une chute de ses ventes et les professeurs voulaient estimer la capacité des lecteurs ebooks à faire remonter la pente.

« Nous sommes dans la première phase du projet qui compare les lecteurs, comme le Kindle, aux journaux traditionnels et les systèmes de diffusion en ligne. Nous mettons l'accent sur la manière dont les gens consomment des médias dans un environnement à évolution rapide. Récemment, nous avons employé les mêmes méthodes pour étudier la croissance de la télévision », explique Krugman.

Alors, conclusions : les adultes de tous âges ont été impressionnés par la lisibilité du Kindle, particulièrement facile à lire et confortable, l'objet n'aura pas conquis pour la consultation de journaux. Pour les plus jeunes, le Kindle reste bien en deçà des mobiles tactiles, disposant d'applications multiples, avec navigation sur le net et tout le toutim. Les lecteurs ebooks font un peu vieillot, estiment-ils. Heureusement, l'iPad est arrivé.

En outre, tout ce qui est BD ou mots croisés, particulièrement appréciés dans les journaux ne sont pas utilisables sur les lecteurs ebook. Et quand on évoque en plus le problème du prix, 489 $ pour le Kindle DX, soudain tout le monde rechigne à investir.

Alors voilà : les journaux ne feront pas vendre un lecteur : « Ce doit être considéré comme l'une des constellations de services pour ces appareils, avec les livres et les magazines, etc. »