La prison du Texas détruit un livre pour trois pages d'inceste

Clément Solym - 30.03.2009

Edition - Société - prison - agneau - carnivore


Voilà une histoire qui n'a rien du conte de fées, bien au contraire : un prisonnier incarcéré au Texas, lisait un ouvrage d'Augustin Gomez-Arcos durant son séjour derrière les barreaux que les autorités pénitenciers ont intercepté.

Et dans un souci de censure fort voilà ce qui a frappé le livre d'Augustin : L'agneau carnivore a été tout bonnement détruit, parce qu'il décrit une scène d'inceste entre deux frères, laquelle a été considérée comme « préjudiciable pour les délinquants en période de réadaptation, car cela encourage un comportement sexuel déviant pénalement condamné ».

C'est sur le site Arsenalia que l'on découvre cette sinistre histoire, dont le responsable Brian Lam, explique que les lettres envoyées par les prisonniers sont monnaie courante pour leur site. La plupart du temps, c'est plutôt pour réclamer des livres que pour dévoiler qu'on s'est fait confisquer et détruire le sien.

En fait, les autorités du centre de réclusion évoquaient trois pages du livre, pourtant lauréat du prix Hermès en 1975. Et si l'inceste y est bien présent, l'ouvrage n'en reste pas moins une superbe oeuvre. On y raconte la sombre époque de Franco en Espange, mettant en accusation la montée parallèle du fascisme.

On s'interrogera sur le fait que les autorités puissent passer leur temps à lire les livres que les prisonniers étudient, et les plus minutieux se souviendront qu'un ouvrage de Roberto Bolaño avait subi le même sort, toujours grâce au vigilant contrôle du Département de justice du Texas...